L’itinérance comme vecteur de reproduction des rapports de genre inégalitaires : une analyse des relations intimes chez les jeunes

L’itinérance comme vecteur de reproduction des rapports de genre inégalitaires : une analyse des relations intimes chez les jeunes

L’itinérance comme vecteur de reproduction des rapports de genre inégalitaires : une analyse des relations intimes chez les jeunes

L’itinérance comme vecteur de reproduction des rapports de genre inégalitaires : une analyse des relations intimes chez les jeuness

| Ajouter

Référence bibliographique [20419]

Service Social, vol. 63, no 2, p. 85-98.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude vise à comprendre les différences de genre au sein des relations intimes chez les jeunes en situation d’itinérance.» (p. 85)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 32 jeunes en situation d’itinérance (18 femmes, 14 hommes) âgés de 18 à 27 ans (moyenne de 22 ans) ont été rencontrés.» (p. 88) Ceux-ci ont été recrutés grâce à des ressources pour jeunes en situation d’itinérance à Montréal.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’analyse différenciée selon les sexes «illustre que la précarité et l’instabilité de la situation d’itinérance tendent à créer des relations intimes fondées sur des rôles de genre traditionnels qui engendrent, par le fait même, des rapports inégalitaires entre les jeunes femmes et les jeunes hommes. Ces rapports inégalitaires ne sont toutefois pas le fruit du hasard. Ils sont façonnés par un système patriarcal qui exacerbe, dans le contexte de la précarité socio-économique, les rapports de domination et d’oppression. Dans un contexte social où les relations intimes contemporaines sont considérées comme un mécanisme de construction identitaire et de définition de soi […], les jeunes en situation d’itinérance semblent mobiliser les relations amoureuses et sexuelles comme des ressources pour améliorer leurs conditions de vie. Comme les relations intimes restent structurées par le système patriarcal […], les jeunes femmes en situation d’itinérance sont poussées à les instrumentaliser pour assurer leur subsistance, tandis que les jeunes hommes en situation d’itinérance, en raison de leur position sociale privilégiée, sont soutenus dans l’instrumentalisation de leurs partenaires féminines pour accéder à la sexualité et renforcer leur masculinité. L’analyse […] met en lumière l’importance de travailler à la sensibilisation et à l’éducation des jeunes dans une visée de déconstruction des rapports de genre inégalitaires, tout particulièrement chez ceux qui se retrouvent en situation de précarité économique et d’instabilité résidentielle.» (p. 95)