Parentalité et pérennité des relations intimes hypogamiques en termes d’âge

Parentalité et pérennité des relations intimes hypogamiques en termes d’âge

Parentalité et pérennité des relations intimes hypogamiques en termes d’âge

Parentalité et pérennité des relations intimes hypogamiques en termes d’âges

| Ajouter

Référence bibliographique [20400]

Cahiers de recherche sociologique, no 63, p. 133-154.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article examine la perspective de femmes vivant sans conjoint, et ayant un ou plusieurs partenaires intimes plus jeune(s) qu’elles. L’auteure explore «la perspective de ces dernières quant à la façon dont la parentalité influence le développement de leur(s) relation(s) hypogamique(s) en termes d’âge.» (p. 134)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon comporte 55 femmes [de la région du Grand Montréal] et il a été développé de manière à créer trois groupes d’âge comprenant un nombre similaire de participantes: 21 femmes dans la trentaine, 19 participantes dans la quarantaine et 15 femmes âgées de 50 à 60 ans.» (p. 140)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«À la lumière d’entrevues menées auprès de femmes entretenant des relations intimes avec des hommes plus jeunes, on constate que la parentalité fait partie des principales considérations affectant les choix conjugaux des femmes et que cet enjeu est principalement perçu par les femmes comme un obstacle à la survie à long terme de leur(s) relation(s). La majorité des participantes les plus jeunes n’ayant pas d’enfants craignent de manquer le bateau de la maternité en attendant que leur partenaire soit prêt à devenir père ou doutent des capacités de ce dernier à assumer pleinement le rôle de coparent. La plupart des participantes plus âgées, quant à elles, anticipent que leur jeune partenaire voudra éventuellement fonder une famille avec une femme en âge de procréer ou, si leur partenaire est déjà père, que celui-ci attende d’elles qu’elles s’impliquent activement auprès de ses enfants. Le statut socioéconomique du partenaire est cependant peu souvent rapporté comme un obstacle à la pérennité des relations hypogamiques en termes d’âge, et ce, peu importe l’âge des participantes. Finalement, pour certaines participantes, telles les femmes en âge de procréer qui rejettent l’injonction culturelle à la maternité, le thème de la parentalité est présenté comme un avantage des relations intimes avec des hommes plus jeunes.» (p. 142)