Portrait : les proches aidantes et les proches aidants au Québec - Analyse différenciée selon les sexes

Portrait : les proches aidantes et les proches aidants au Québec - Analyse différenciée selon les sexes

Portrait : les proches aidantes et les proches aidants au Québec - Analyse différenciée selon les sexes

Portrait : les proches aidantes et les proches aidants au Québec - Analyse différenciée selon les sexess

| Ajouter

Référence bibliographique [20397]

Steben-Chabot, Joëlle, Jacob-Wagner, Sarah et Hélène, Charron. 2018. Portrait : les proches aidantes et les proches aidants au Québec - Analyse différenciée selon les sexes. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil du statut de la femme.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente publication a pour objet de tracer un portrait des proches aidantes et des proches aidants au Québec en mettant en lumière les situations différenciées selon les sexes.» (p. 11)

Questions/Hypothèses :
Les auteures posent les questions suivantes: «les proches aidantes et les proches aidants vivent-ils des réalités distinctes? Le cas échéant, ces dernières ont-elles des conséquences sur les inégalités entre les sexes?» (p. 11)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Pour cette étude, le Conseil du statut de la femme se base sur les données de l’Enquête sociale générale: les soins donnés et reçus, produite par Statistique Canada en 2012. Celle-ci «repose sur un échantillon de 23 093 répondantes et répondants, dont 3 809 résidant au Québec.» (p. 27)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Le portrait de la proche aidance au Québec permet de constater qu’il existe des différences importantes en la matière selon le sexe. […] Ainsi, les proches aidantes se trouvent en effet davantage dans des situations où elles doivent conjuguer avec un travail rémunéré et le travail de soutien auprès de leurs proches. De plus, elles composent souvent avec une grande diversité de tâches qui exigent un engagement personnel et émotif plus intense.» (p. 59) «La proportion de proches aidantes est deux fois plus élevée parmi les femmes en couple que parmi les veuves, alors que la situation conjugale a peu d’impact sur la propension des hommes à jouer un rôle de proche aidant.» (p. 37) En outre, «les femmes sont plus nombreuses à ressentir des conséquences négatives sur leur vie familiale: réduction du temps passé avec leur partenaire de vie, avec leurs enfants, avec les autres membres de leur famille de même qu’avec leurs amis et amies.» (p. 50) «Un meilleur partage au sein des familles, particulièrement une plus grande participation des fils et des frères, une flexibilité accrue dans le monde du travail ou un soutien financier bonifié pour la proche aidance pourraient prévenir certains problèmes d’épuisement et limiter les inégalités qui la structurent, mais la question de l’accessibilité et de la qualité des services publics est également incontournable et devra faire l’objet d’une étude approfondie […].» (p. 59)