Maternité dérobée : mère porteuse et enfant sur commande

Maternité dérobée : mère porteuse et enfant sur commande

Maternité dérobée : mère porteuse et enfant sur commande

Maternité dérobée : mère porteuse et enfant sur commandes

| Ajouter

Référence bibliographique [20384]

Maternité dérobée : mère porteuse et enfant sur commande. Montréal: Les Éditions MultiMondes.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteure s’interroge sur le recours aux mères porteuses «en se référant à l’expérience de la maternité[,] sur les rapports entre les femmes et les hommes, sur le sens de la reproduction humaine et sur le statut de l’enfant dans la société qui l’accueille.» (p. 14)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Depuis la première fécondation in vitro, en 1976, les nouvelles technologies de reproduction ont continué de bouleverser les pratiques médicales. Maintenant, il est même possible de faire appel à une tierce personne pour se reproduire. Le recours aux mères porteuses est-il un progrès scientifique duquel il faut se réjouir, ou une régression sur les plans social et éthique? Quelles sont les conséquences d’une telle pratique sur l’expérience de la maternité et sur les droits humains ? Sa légitimation et son éventuelle commercialisation ne sont-elles pas des étapes qui requièrent un débat large et éclairé? Maria De Koninck plaide pour que le bien-être de l’enfant à naître soit mis au cœur de ce débat.» (quatrième de couverture)