Évolution dans le temps du filicide-suicide masculin au Québec

Évolution dans le temps du filicide-suicide masculin au Québec

Évolution dans le temps du filicide-suicide masculin au Québec

Évolution dans le temps du filicide-suicide masculin au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [20361]

L’Encéphale, vol. 45, no 1, p. 34-39.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude porte spécifiquement sur l’évolution dans le temps du phénomène du filicide-suicide masculin au Québec.» (p. 35)

Questions/Hypothèses :
La question suivante a guidé les auteures dans leur recherche: «Est-ce que le filicide-suicide masculin est un phénomène stable dans le temps et existe-il un lien entre le suicide et la motivation à commettre ce type d’homicide intra familial?» (p. 35)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 50 filicides masculins sont survenus sur le territoire de la province de Québec entre 1997 et 2012, soit 23 cas entre 1997 et 2001, 13 cas entre 2002 et 2006 et 14 cas entre 2007 et 2012. [Cette] étude considère uniquement les cas où des hommes ont tué un ou plusieurs de leurs enfants (les familicides ont été exclus). […] Les agresseurs sont les pères biologiques dans 96 % des cas et les pères par alliance (beaux-pères) dans 4 % des cas.» (p. 36)

Instruments :
Grille d’analyse multidimensionnelle de l’homicide intrafamilial (Léveillée et al., 2005)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«[Les] résultats indiquent que parmi les 50 filicides masculins commis entre 1997 et 2012 au Québec, 13 d’entre eux ont été suivis du suicide de l’auteur. De plus, la probabilité qu’un suicide soit commis à la suite du filicide s’avère significativement plus élevée chez les hommes ayant commis un filicide entre 2007 et 2012 et ayant été motivés par un contexte de séparation conjugale, comparativement aux filicides commis entre 1997 et 2001 ayant été motivés par un autre motif. Plus spécifiquement, entre 2007 et 2012, 86 % des individus du groupe séparation se sont suicidés alors que le pourcentage est nul (0 %) pour le groupe autre motivation.» (p. 37) «De plus, les résultats obtenus corroborent les constats proposés dans la documentation scientifique selon lesquels il est particulièrement important de considérer les motivations sous-jacentes au filicide. En ce sens, plusieurs filicides et plus particulièrement, un nombre important de filicides-suicides surviennent en contexte de séparation conjugale. Ces individus, majoritairement des hommes, n’arrivent pas à accepter la rupture, puis les conflits entourant la garde du ou des enfants perdurent dans le temps. (p. 38)