Le '' Right to Request Flexible Working '': un instrument de politique favorable aux employés proches aidants?

Le '' Right to Request Flexible Working '': un instrument de politique favorable aux employés proches aidants?

Le '' Right to Request Flexible Working '': un instrument de politique favorable aux employés proches aidants?

Le '' Right to Request Flexible Working '': un instrument de politique favorable aux employés proches aidants?s

| Ajouter

Référence bibliographique [20349]

Analyse de politiques / Canadian Public Policy, vol. 43, no 4, p. 1-44.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article a comme objectif d’analyser les effets du «Right to request flexible working (RTR)» qui est considéré comme un instrument de changement social dans les milieux de travail.

Questions/Hypothèses :
Les auteures tentent de répondre à la question suivante: «le RTR a-t-il contribué à donner plus de voix aux employés ayant besoin d’accommodement, notamment les proches aidants dont la situation reste méconnue et qui font face à de fortes tensions dans leur sphère privée, ou a-t-il au contraire accentué le modèle du “travailleur idéal” en entreprise?» (p. 17)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


La revue de la littérature «montre que, malgré ses nombreuses critiques, le RTR a dans une certaine mesure encouragé les grandes entreprises ayant une culture initialement favorable à la conciliation travail-famille à l’être encore davantage pour devenir des employeurs de choix en offrant de bonnes conditions à leurs […]. En raison de leur taille, ces organisations sont davantage sensibles à leur image publique et certainement détentrices d’une plus grande marge de manœuvre en ce qui a trait à leur budget, ce qui les rend davantage réceptives aux pressions institutionnelles […].» (p. 25) D’ailleurs, «une étude québécoise comparant trois professions a montré que le secteur policier, un milieu traditionnellement peu propice à la conciliation travail-famille, présentait pourtant le niveau de soutien organisationnel le plus élevé par rapport aux professions d’infirmier et de travailleur social dans le secteur de la santé […].» (p. 26) Cependant, dans les études, le discours de la majorité des gestionnaires du service des ressources humaines «laissait transparaître le postulat que l’employé devait “mériter” l’aménagement souhaité en redoublant de performance et de citoyenneté organisationnelle, comme l’a montré une étude québécoise où l’accommodement était davantage une “faveur” faire aux employés proches aidants plutôt qu’un droit […]. [Or,] une étude antérieure, […] avaient montré que cet esprit de réciprocité était une source de tension pour les employés avec responsabilités familiales.» (p. 16)