Stade de développement : frais de garde d’enfants dans les plus grandes villes du Canada - 2018

Stade de développement : frais de garde d’enfants dans les plus grandes villes du Canada - 2018

Stade de développement : frais de garde d’enfants dans les plus grandes villes du Canada - 2018

Stade de développement : frais de garde d’enfants dans les plus grandes villes du Canada - 2018s

| Ajouter

Référence bibliographique [20341]

Stade de développement : frais de garde d’enfants dans les plus grandes villes du Canada - 2018. Ottawa: Centre canadien de politiques alternatives.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Par cette recherche les auteurs tentent de «savoir combien déboursent en frais de garde les parents pour leurs poupons, leurs bambins et leurs enfants d’âge préscolaire inscrits à temps plein et toute la journée dans un service de garde à l’enfance.» (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Un «sondage a été mené de mai à août 2018 dans 28 villes canadiennes et dans toutes les provinces (hormis les territoires). Dans les petites villes, toutes les garderies et tous les services de garde en milieu familial réglementés ou agences/bureaux coordonnateurs de services de garde en milieu familial ont été sondés. Dans les grandes villes, le sondage a été mené auprès d’un échantillon aléatoire de garderies.» (p. 13)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les auteurs concluent que «les régimes provinciaux à tarifs fixes, dont plusieurs sont financés en partie dans le cadre des accords bilatéraux sur la garde d’enfants intervenus avec le gouvernement fédéral, réduisent le coût des services de garde pour les parents. […] Dans les villes sondées dans les provinces qui ont des régimes à tarifs fixes, les places aux tarifs courants demeurent une minorité, mais leur nombre est en croissance depuis une décennie au Québec. Les prix courants pour la garde d’enfants dans les plus grandes villes du Québec et à Winnipeg sont comparables aux frais de garde versés par les parents dans les villes de taille moyenne de l’Ontario. Même après avoir reçu un remboursement partiel par le biais de crédits d’impôt, les frais de garde que paient les parents québécois qui ont recours aux garderies commerciales dont les tarifs suivent les cours du marché sont de deux à trois fois plus élevés que les frais de garde quotidiens fixés par le gouvernement. Suivre l’évolution des frais de garde dans le temps permet aux parents et aux décideurs de voir quels sont les effets des politiques en matière de services de garde et dans quels domaines il faut faire plus afin de réduire les coûts pour les parents.» (p. 33-34)