Répondre aux besoins des victimes masculines de violence conjugale

Répondre aux besoins des victimes masculines de violence conjugale

Répondre aux besoins des victimes masculines de violence conjugale

Répondre aux besoins des victimes masculines de violence conjugales

| Ajouter

Référence bibliographique [20324]

Répondre aux besoins des victimes masculines de violence conjugale. Salaberry-de-Valleyfield (Québec): Via l’Anse.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les auteurs de cette étude s’intéressent au phénomène des hommes victimes de violence conjugale, à son ampleur, mais aussi à ses conséquences.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur la participation de 20 hommes (Montérégie) ayant subi de la violence en contexte conjugal.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les récits […] ont permis d’observer de nombreux besoins: se confier, être en sécurité, préserver leur dignité, protéger leurs droits et comprendre ce qui leur arrive. […] Tout d’abord, la capacité des hommes rencontrés à assurer leur propre sécurité s’est révélée […] limitée par les agressions subies. Les hommes ont fait état de plusieurs formes de violence et de contrôle. Ils ont également fait état, dans nombre de cas, d’agressions verbales et psychologiques quotidiennes et, pour certains, d’agressions physiques sévères ayant occasionné des blessures importantes et même, dans un cas, des séquelles permanentes. […] La dignité des personnes s’est également révélée atteinte par les comportements d’agression et de contrôle subis. D’une part, les multiples manifestations de violence psychologique ont eu un effet négatif sur la représentation de soi des victimes, les hommes ayant été confrontés, à répétition, à des messages de dénigrement, tant dans leur rôle de conjoint que dans ceux de père, de pourvoyeur, d’amant, d’aidant, de soignant, de travailleur et d’homme. […] Le besoin d’en parler et de recevoir de l’aide s’est révélé être un enjeu déterminant dans l’expérience des hommes ayant subi de la violence. Cependant, aucun des participants rencontrés ne s’était adressé aux ressources d’aide en reconnaissant d’emblée un problème de violence subie.» (p. 48-49)