Étude des points de vue des adultes présentant un trouble du spectre de l’autisme à l’égard de leur participation sociale

Étude des points de vue des adultes présentant un trouble du spectre de l’autisme à l’égard de leur participation sociale

Étude des points de vue des adultes présentant un trouble du spectre de l’autisme à l’égard de leur participation sociale

Étude des points de vue des adultes présentant un trouble du spectre de l’autisme à l’égard de leur participation sociale

| Ajouter

Référence bibliographique [20297]

Gagnon, Marie. 2017. «Étude des points de vue des adultes présentant un trouble du spectre de l’autisme à l’égard de leur participation sociale». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude qualitative porte sur la participation sociale des jeunes adultes vivant avec un TSA [trouble du spectre de l’autisme], dont le profil réfère à un haut niveau de fonctionnement ou au syndrome d’Asperger.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uel est le point de vue des adultes présentant un TSA au sujet des obstacles et des facilitateurs relatifs à l’exercice de leur participation sociale?» (p. 31)

2. Méthode


«La population à l’étude est composée d’adultes vivant avec un TSA, dont le profil réfère à un haut niveau de fonctionnement ou au syndrome d’Asperger âgés de 18 à 35 ans.» (p. 32) Les participants résidaient dans la région de la Capitale-Nationale ou de Montréal.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les résultats de l’étude révèlent que les «relations interpersonnelles, l’éducation et le travail ressortent comme étant des éléments importants pour la participation sociale des répondants. Ils semblent vivre certains facilitateurs, mais aussi plusieurs obstacles qui portent atteinte à l’exercice d’une participation sociale entièrement satisfaisante. De plus, les participants se sont exprimés sur les services reçus, lesquels peuvent être mal adaptés ou faciliter leurs besoins de participation sociale.» (p. iii) D’ailleurs, «[u]ne proportion importante des propos des participants réfère aux relations de couple et aux relations amicales qui paraissent jouer un rôle significatif dans l’exercice de leur participation sociale. […] Les relations de couple semblent amener un lot de difficultés, ainsi que des émotions plus positives pour ces personnes. Quatre jeunes hommes célibataires de l’échantillon font part de leur désir d’être en couple, bien que les démarches pour y arriver semblent parsemées de défis. […] Pour les personnes en couple dans cette étude (4 femmes et un homme), la communication suscite bien des défis au sein de leur relation. Trois femmes ont plus particulièrement abordé les problèmes de communication dans leur couple. Elles disent ne pas toujours se sentir écoutées et ne pas tout le temps arriver à se faire comprendre par leur conjoint. […] Certains répondants parlent aussi du fait d’avoir des enfants ou non.» (p. 60-61)