Le vécu de mauvais traitements et l’implication dans les comportements sexuels à risque à l’adolescence

Le vécu de mauvais traitements et l’implication dans les comportements sexuels à risque à l’adolescence

Le vécu de mauvais traitements et l’implication dans les comportements sexuels à risque à l’adolescence

Le vécu de mauvais traitements et l’implication dans les comportements sexuels à risque à l’adolescences

| Ajouter

Référence bibliographique [20293]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le but principal de cette thèse est […] d’approfondir les liens existant entre différentes formes de mauvais traitements et l’implication dans les comportements sexuels à risque chez les adolescents. [Dans le premier article,] les effets indépendants, uniques, cumulatifs et interactifs de quatre formes de mauvais traitements (c.-à-d., agression sexuelle, agression physique, négligence et exposition à la violence interparentale) dans l’implication dans les comportements sexuels à risque ont été examinés. [Dans le deuxième article, le rôle médiateur de l’attachement anxieux et de l’attachement évitant dans l’association entre les mauvais traitements et les comportements sexuels à risque a été exploré.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
For article 1, «it was hypothesized that all forms of CM [child maltreatment] would be associated with SRBs [sexual risk behaviors] without controlling for other forms of CM [...].» (p. 21) For article 2, «we hypothesized that all four forms of CM would be associated with avoidant attachment, which in turn would lead to a higher number of sexual partners [and] we hypothesized that all four forms of CM would be associated with anxious attachment, which in turn would lead to a younger age at first intercourse for girls.» (p. 45-46)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon [du premier article] comprend 1 940 adolescents sexuellement actifs (Mâge = 15,6; 60,8% filles) fréquentant les établissements scolaires du Québec.» (p. 17) «L’échantillon [du deuxième article] comprend 1 900 adolescents sexuellement actifs (13 à 17 ans; 60,8% filles) fréquentant les établissements scolaires du Québec.» (p. 40)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats [de l’article 1] ont montré que toutes les formes de mauvais traitements étudiées sont associées à un plus grand nombre de partenaires sexuels, des contacts sexuels avec des inconnus, de l’échange de services sexuels et un plus jeune âge à la première relation sexuelle consensuelle. L’agression physique et l’exposition à la violence interparentale sont associées à un usage inconstant du condom, et l’agression physique est associée à un diagnostic d’infection transmissible sexuellement. En contrôlant pour toutes les formes de mauvais traitements vécus (effets uniques), les analyses ont montré que l’agression sexuelle, l’agression physique, la négligence et l’exposition à la violence interparentale sont associées spécifiquement à certains comportements sexuels à risque.» (p. 17) «Les résultats ont appuyé le rôle médiateur de l’attachement anxieux dans l’association entre la négligence et un plus grand nombre de partenaires sexuels, ainsi que l’attachement évitant comme médiateur entre la négligence et un plus grand nombre de partenaires sexuels, des contacts sexuels avec un inconnu et un plus jeune âge à la première relation sexuelle (garçons seulement). Enfin, l’agression sexuelle a montré une association directe avec les trois comportements sexuels à risque, l’attachement n’étant pas un médiateur.» (p. iv) «Ces résultats pourraient illustrer le fait que la négligence est une forme de mauvais traitements plus intimement reliée à l’insécurité d’attachement que l’agression sexuelle. Par exemple, étant donné le contexte dans lequel l’enfant se sent rejeté et indigne de l’amour de ses parents, l’enfant ayant vécu de la négligence de la part de ses parents est plus susceptible d’avoir une représentation négative de lui-même et des autres que l’enfant ayant subi une agression sexuelle par une personne à l’extérieur de sa famille […].» (p. 74)