Le processus d’acculturation chez les familles issues de l’immigration ayant un jeune sous la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA)

Le processus d’acculturation chez les familles issues de l’immigration ayant un jeune sous la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA)

Le processus d’acculturation chez les familles issues de l’immigration ayant un jeune sous la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA)

Le processus d’acculturation chez les familles issues de l’immigration ayant un jeune sous la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents (LSJPA)s

| Ajouter

Référence bibliographique [20259]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L‘objectif de ce «mémoire visait à comprendre le processus d’acculturation vécu par les jeunes contrevenants issus de l’immigration et leur famille afin d’améliorer l’intervention auprès d’eux. Dans le but d’atteindre cet objectif général, les objectifs spécifiques de recherche suivants ont été ciblés: 1) Examiner, en premier lieu, comment les familles et les jeunes issus de l’immigration perçoivent leurs deux cultures auxquelles ils font face afin de 2) Comprendre, en deuxième lieu, l’écart d’acculturation potentiel vécu par les familles et les jeunes issus de l’immigration et ses conséquences éventuelles et 3) Proposer, en troisième lieu, des pistes d’action aux intervenants travaillant auprès de jeunes contrevenants issus de l’immigration et de leur famille.» (p. 130-131)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de cette étude est constitué «de huit jeunes [contrevenants] et de sept parents.» (p. iii) «Les jeunes participants sont tous de sexe masculin et âgés entre 16 et 18 ans. Ils habitent au Canada depuis au moins 4 ans.» (p. 50) Pour leur part, «[l]es parents [interrogés] habitent tous au Canada depuis une période de temps variant entre 9 et 39 ans.» (p. 51)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les valeurs d’origine rapportées par les participants permettent de comprendre le choc culturel qui se reflète principalement dans les valeurs collectivistes comme la famille et la communauté et le respect de la hiérarchie. […] Plusieurs difficultés d’adaptation vécues par les familles ont influencé la façon dont elles se positionnent face à leurs deux cultures et la stratégie d’acculturation utilisée.» (p. 132) Concernant le deuxième objectif, «[l]es participants indiquent la présence d’un écart d’acculturation au sein des familles de l’échantillon dont les parents ont immigré avant leurs enfants […]. Cette situation peut provoquer de la déception chez le parent et des tensions dans la relation avec son enfant. Le jeune, quant à lui, peut vivre un conflit culturel [qui] peut être difficile à vivre, surtout si le jeune a passé une bonne partie de sa vie dans son pays d’origine et d’y avoir laissé des amis et des proches. Les participants montrent que l’écart d’acculturation a influencé les jeunes dans l’adoption de comportements délinquants […] par le biais d’une discipline laxiste ou trop autoritaire […]. Les résultats confirment l’importance de la prévention de la délinquance à l’aide de l’identification précoce des facteurs de vulnérabilité comme les difficultés d’intégration à l’emploi, la pauvreté et l’association à des pairs déviants.» (p. 118) Finalement, «[e]n intervention, il est pertinent de parler au jeune de ses deux cultures et de lui faire verbaliser· son point de vue au sujet de celles-ci. Cela lui permettra de normaliser les sentiments vécus et l’aidera à résoudre les conflits culturels ressentis.» (p. 119)