Perception de sécurité d’attachement au père et à la mère chez les enfants d’âge scolaire victimes d’agression sexuelle

Perception de sécurité d’attachement au père et à la mère chez les enfants d’âge scolaire victimes d’agression sexuelle

Perception de sécurité d’attachement au père et à la mère chez les enfants d’âge scolaire victimes d’agression sexuelle

Perception de sécurité d’attachement au père et à la mère chez les enfants d’âge scolaire victimes d’agression sexuelles

| Ajouter

Référence bibliographique [20227]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude a comme objectif principal de comparer le sentiment de sécurité d’attachement d’enfants âgés de 7 à 13 ans victimes d’AS [agression sexuelle] à celui d’enfants n’ayant jamais vécu d’AS. Le second objectif est d’investiguer la présence d’effet de genre dans le lien entre l’AS et l’attachement aux pères et aux mères.» (p. 20)

Questions/Hypothèses :
L’auteur avance les hypothèses suivantes: «1) Les enfants victimes d’AS rapporteront une plus faible sécurité d’attachement aux deux parents que les enfants du groupe de comparaison. 2) Des différences de genre concernant l’attachement aux parents seront identifiées, les dyades de même genre présentant une plus grande sécurité d’attachement que les dyades de genres opposés.» (p. 20)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon de l’étude est composé de 557 enfants, divisés en deux groupes, dont le premier est constitué de 478 enfants (134 garçons, 344 filles) de 7 à 13 ans victimes d’AS. Le recrutement de ces participants a été effectué […] dans quatre centres d’aide aux victimes d’AS, soit la Clinique de pédiatrie sociojuridique du CHU Sainte-Justine, le Centre d’expertise Marie-Vincent (CEMV), Parents-Unis Lanaudière (PUL) et le Centre d’intervention en abus sexuels pour la famille (CIASF). […] Le deuxième groupe est composé de 74 enfants (24 garçons, 54 filles) âgés de 7 à 13 ans. Ces participants n’ont jamais dévoilé d’AS et leurs parents affirment également qu’ils n’en ont jamais été victimes. Ces enfants ont été recrutés dans trois écoles primaires de Montréal situées dans des quartiers défavorisés.» (p. 21)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats ne démontrent aucune différence dans la perception de l’attachement chez les enfants victimes d’AS et le groupe de comparaison lorsque l’on tient compte de variables potentiellement confondantes comme l’âge de l’enfant et la composition familiale. De plus, aucune différence n’a été observée entre les garçons et les filles concernant leur sécurité d’attachement au père et à la mère. Toutefois, un effet lié à l’âge des enfants et un effet de la composition familiale ont été observés, suggérant que ces variables seraient de meilleurs prédicteurs du sentiment de sécurité d’attachement que le genre de l’enfant et son statut de victimisation. Les résultats de cette étude sont susceptibles d’informer les pratiques d’interventions auprès des enfants victimes d’AS. Les pères sont souvent peu impliqués dans les suivis psychosociaux alors que leur implication de même que leur soutien pourraient être bénéfiques pour l’enfant.» (p. vi) «Aussi, un effet de la composition familiale a été identifié, les enfants vivant dans leur famille d’origine rapportant un plus fort sentiment de sécurité d’attachement à leur père que les enfants provenant de familles monoparentales et recomposées.» (p. 40)