Le lien entre l’indépendance émotionnelle vis-à-vis chacun des parents, les capacités d’intimité avec les amis ainsi que les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans

Le lien entre l’indépendance émotionnelle vis-à-vis chacun des parents, les capacités d’intimité avec les amis ainsi que les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans

Le lien entre l’indépendance émotionnelle vis-à-vis chacun des parents, les capacités d’intimité avec les amis ainsi que les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans

Le lien entre l’indépendance émotionnelle vis-à-vis chacun des parents, les capacités d’intimité avec les amis ainsi que les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes âgées entre 18 et 25 anss

| Ajouter

Référence bibliographique [20222]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente thèse [par articles] propose de documenter le lien entre l’indépendance émotionnelle à chacun des parents, faisant état de l’aspect affectif sous-jacent à la négociation des frontières dans les relations aux parents, la capacité d’intimité avec les amis et avec les partenaires et la détresse psychologique chez les jeunes femmes universitaires. [Pour ce faire, le] premier article a pour but de départager l’indépendance émotionnelle à chacun des parents en lien avec la détresse psychologique [de ces dernières.] Le deuxième article a pour but de mieux comprendre les associations entre l’indépendance émotionnelle à chacun des parents, la capacité d’intimité avec les amis et avec les partenaires ainsi que la détresse psychologique chez [cette] population […].» (p. xiv-xv)

Questions/Hypothèses :
«Plus spécifiquement, l’article [1] tente de répondre aux questions suivantes: 1) y-a-t‘il une association entre l’indépendance émotionnelle à la mère et l’indépendance émotionnelle au père?; 2) est-ce que les scores moyens d’indépendance émotionnelle à la mère et au père seront significativement différents?; et 3) est-ce que de faibles niveaux d’indépendance émotionnelle à la mère et/ou au père seront associés à une plus grande détresse psychologique?» (p. 26)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon initial des études présentées dans le cadre de cette thèse compte 2170 jeunes femmes âgées entre 18 et 25 ans recrutées dans une université montréalaise francophone dans le cadre de ce programme de recherches.» (p. 27) Seules 1716 femmes ont participées à l’étude du premier article, alors que 1384 ont participé à celle du second.

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats [du premier article] suggèrent que l’indépendance émotionnelle à la mère et au père sont modérément associées, mais néanmoins distinctes puisque les résultats d’une ANOVA [analyse de la variance] à mesures répétées démontrent que les jeunes femmes présentent des niveaux d’indépendance émotionnelle à la mère en général plus bas que les niveaux au père. Les résultats d’un GLM [modèle linéaire généralisé] suggèrent que les niveaux de détresse sont significativement plus bas chez les jeunes femmes présentant des niveaux d’indépendance émotionnelle élevés aux deux parents comparativement aux jeunes femmes présentant au moins un niveau d’indépendance émotionnelle faible avec la mère ou le père. [Pour le deuxième article, les résultats] suggèrent des liens directs entre l’indépendance émotionnelle à chacun des parents et la détresse psychologique, mais également des liens indirects par les variables capacité d’intimité avec les amis et avec les partenaires. Plus spécifiquement, plus les jeunes femmes sont indépendantes au niveau émotionnel face à leur mère, plus elles ont une bonne capacité d’intimité avec les amis et moins elles vivent des niveaux élevés de détresse psychologique. Aussi, plus les jeunes femmes sont indépendantes au niveau émotionnel de leur père, plus elles ont une bonne capacité d’intimité avec les partenaires et moins elles vivent des niveaux élevés de détresse. Les résultats de cette recherche doctorale soutiennent l’importance de considérer l’indépendance émotionnelle à chacun des parents en lien avec la détresse psychologique.» (p. xv)