La grossesse et l’accouchement à l’ère de la biotechnologie : l’expérience de femmes au Québec

La grossesse et l’accouchement à l’ère de la biotechnologie : l’expérience de femmes au Québec

La grossesse et l’accouchement à l’ère de la biotechnologie : l’expérience de femmes au Québec

La grossesse et l’accouchement à l’ère de la biotechnologie : l’expérience de femmes au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [20208]

Gagnon, Raymonde. 2017. «La grossesse et l’accouchement à l’ère de la biotechnologie : l’expérience de femmes au Québec». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Faculté des arts et des sciences.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans un contexte où les technologies biomédicales occupent une place prédominante, nous avons cherché à comprendre comment les femmes vivent leur expérience de grossesse et d’accouchement. Pour cela, nous avons voulu cerner les représentations des femmes sur la grossesse et l’accouchement, ce qu’elles en savent concrètement, leur vécu, les pratiques autour de l’accouchement, et comment l’expérience en elle-même nous éclaire sur l’adéquation entre le sens et l’action.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
L’auteure formule «la question de recherche suivante: Comment les femmes se représentent-elles et vivent-elles leur expérience de grossesse et d’accouchement dans un contexte où les technologies biomédicales occupent une place prédominante en obstétrique au Québec?» (p. 13)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Des entretiens de type narratif ont permis de recueillir les propos de 25 futures mères à trois moments différents de leur expérience, soit durant la grossesse (2) et après leur accouchement (1), complétés par un journal de bord sur leur récit d’accouchement.» (p. iii)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À la lumière de ses recherches, l’auteure constate que, «[g]énéralement, c’est au début de la trentaine que le projet de maternité prend forme. Dès qu’elles se savent enceintes, les femmes choisissent le professionnel qui les suivra selon le lieu où elles envisagent d’accoucher: le centre hospitalier, la maison de naissance ou à domicile. Le besoin de réassurance est fort. Pour le combler, elles se tournent alors vers la technologie. Toutes les femmes […] ont recours aux tests et examens de dépistage offerts durant la grossesse. La famille, en particulier la mère, l’entourage et les médias jouent un rôle important dans la construction des représentations fortement teintées par la médicalisation. Toutefois, les discours des femmes se polarisent et leurs pratiques divergent en ce qui concerne l’accouchement. Spontanément, elles entrevoient trois possibilités d’accouchement: naturel, avec péridurale ou par césarienne. Leurs attentes et le contrôle qu’elles pensent avoir ou non, la confiance en elles-mêmes et la relation avec les intervenants modulent leur expérience. L’environnement médical et la technologie modifient le processus d’accouchement et contribuent à créer un vécu parfois perturbateur pour les femmes qui laisse des empreintes. Cette thèse permet de mieux comprendre l’expérience des femmes enceintes ou nouvellement accouchées et de cerner les représentations sociales et culturelles autour de cette expérience.» (p. iii-iv)