Le Québec par ses enfants : une sociologie historique (1850-1950)

Le Québec par ses enfants : une sociologie historique (1850-1950)

Le Québec par ses enfants : une sociologie historique (1850-1950)

Le Québec par ses enfants : une sociologie historique (1850-1950)s

| Ajouter

Référence bibliographique [20107]

Le Québec par ses enfants : une sociologie historique (1850-1950). Gatineau (Québec): Les Presses de l’Université de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«De 1850 à 1950, le Québec transite d’une société rurale vers une société en voie d’industrialisation qui s’installe peu à peu dans la modernité urbaine. Dans cet important ouvrage, l’auteur observe ce passage et propose au lecteur de mieux comprendre l’histoire du Québec à partir du traitement que l’on fait aux enfants.» (quatrième de couverture)

Questions/Hypothèses :
«[N]ous avançons […] l’hypothèse centrale d’une modernité alternative hybride qui permet de cerner la trajectoire du Québec et de ses enfants: faisceau enchevêtré de formes sociales hétérogènes (dont les enfants) en apparence incompatibles, matérialité relationnelle et ‘contamination’ (à savoir dislocation et recherche tâtonnante) réagencent sans relâche le passage à la société industrielle.» (p. 15)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteur utilise différentes sources primaires pour mener à terme son étude. Il utilise les données de plusieurs recensements de Statistique Canada, des articles et publicités de nombreux quotidiens québécois, ainsi que de nombreux documents venant de fonds d’archives des Archives nationales du Québec à Québec ou du Musée McCord.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


L’auteur «éclaire de manière tout à fait originale les questions difficiles à affronter, comme celle des orphelins de Duplessis, de l’adoption des filles, de notre rapport très ambigu avec l’éducation. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective précise, réintroduisant le passé dans le présent; il porte au jour ces idées de jadis qui aiguillent encore nos façons d’agir. Cela place l’enfance québécoise dans une position en apparence contradictoire: un pied dans la modernité, l’autre dans certaines pesanteurs de la société agraire qui subsistent malgré tout.» (quatrième de couverture) Dans cette histoire du Québec par celle des enfants, l’auteur aborde plusieurs thématiques en lien avec la famille: l’enfance face à la centralité de la famille; la relation des familles avec la scolarisation des enfants; la mortalité infantile; les institutions de la protection de l’enfance (orphelinats, crèches, hospices); l’abandon et l’adoption d’enfants; et les infanticides.