Regards croisés sur les pratiques de communication parent-éducatrice en centre de la petite enfance au Québec

Regards croisés sur les pratiques de communication parent-éducatrice en centre de la petite enfance au Québec

Regards croisés sur les pratiques de communication parent-éducatrice en centre de la petite enfance au Québec

Regards croisés sur les pratiques de communication parent-éducatrice en centre de la petite enfance au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [19892]

Leboeuf, Michèle, Bouchard, Caroline et Cantin, Gilles. 2017. «Regards croisés sur les pratiques de communication parent-éducatrice en centre de la petite enfance au Québec ». La Revue Internationale de l’Éducation Familiale, vol. 42, no 2, p. 19-40.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude de cas vise à décrire les pratiques de communication parent-éducatrice dans un centre de la petite enfance québécois.» (p. 19)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon provient d’un SGGE [service de garde éducatif à la petite enfance] québécois. Ce centre de la petite enfance (CPE) «est situé dans une région caractérisée par une diversité socio-économique, plusieurs secteurs affichant des taux élevés de défavorisation matérielle et sociale […].» (p. 25) «Quatre-vingt-dix-sept familles participent à l’étude, représentant 146 enfants âgés entre 3 et 60 mois. […] Les parents ont tous accepté de participer. [Pour sa part, le] personnel éducateur (n = 32) est composé d’éducatrices titulaires de groupes, d’éducatrices de rotation qui remplacent les pauses de l’après-midi, d’éducatrices remplaçantes et de chefs d’équipe.» (p. 25)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les éducatrices témoignent d’une appréciation globale élevée de leurs pratiques de communication avec les parents. Cette perception est également favorable du côté des parents, qui, bien qu’à un degré relativement moindre que les éducatrices, font part d’une appréciation élevée de leurs communications avec elles. L’analyse corrélationnelle fait d’ailleurs ressortir que l’appréciation, par les éducatrices, de la qualité de leur relation avec les parents s’avère particulièrement liée à l’appréciation que ces derniers rapportent en regard de: (a) leur relation avec les éducatrices, (b) l’habileté des éducatrices à transmettre et partager des informations relatives à l’enfant et (c) la propension des éducatrices à consulter et à impliquer les parents. Ces constats apportent des pistes de réflexion prometteuses pour les SGEE, dont les CPE, en suggérant l’importance des pratiques visant à partager des informations relatives à l’enfant, ainsi qu’à consulter et à impliquer les parents, pratiques qui traduisent bien l’idée de réciprocité propre à la communication bidirectionnelle.» (p. 32) En outre, selon l’étude, «l’éducatrice communique beaucoup plus d’informations au sujet de l’enfant qu’elle n’en sollicite auprès du parent.» (p. 35) «L’éducatrice se limiterait souvent à informer le parent, en s’appuyant sur ses savoirs professionnels et en négligeant le savoir du parent à l’égard de son enfant.» (p. 36)