Facteurs de risque associés à la violence subie dans les relations amoureuses : Une méta-analyse explorant les spécificités selon différents contextes de vulnérabilité

Facteurs de risque associés à la violence subie dans les relations amoureuses : Une méta-analyse explorant les spécificités selon différents contextes de vulnérabilité

Facteurs de risque associés à la violence subie dans les relations amoureuses : Une méta-analyse explorant les spécificités selon différents contextes de vulnérabilité

Facteurs de risque associés à la violence subie dans les relations amoureuses : Une méta-analyse explorant les spécificités selon différents contextes de vulnérabilités

| Ajouter

Référence bibliographique [19861]

Facteurs de risque associés à la violence subie dans les relations amoureuses : Une méta-analyse explorant les spécificités selon différents contextes de vulnérabilité. Rapport de recherche présenté au Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC). Montréal:

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce projet avait pour objectif de synthétiser les connaissances disponibles au sujet des facteurs de risque et des facteurs de protection associés à la VRA [violence dans les relations amoureuses] subie, chez la population de jeunes adolescents et jeunes adultes, et notamment au sein de deux populations vulnérables […].» (p. 5)

Questions/Hypothèses :
«Quels sont les facteurs de risque et de protection associés à la famille et aux pairs qui influencent l’occurrence de VRA?» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«La méta-analyse proposée, bien qu’elle ait conclu que tous les facteurs de risque et de protection liés à la famille et aux pairs permettent de prédire la VRA subie, n’a pu identifier une catégorie de facteur contribuant de manière plus importante au risque d’être victimes de VRA. Tel que l’ont démontré les faibles tailles d’effet associées tant aux facteurs familiaux qu’à ceux liés aux pairs, d’autres facteurs, qui restent à identifier, contribueraient eux-aussi au développement de cette problématique de plus en plus préoccupante pour la santé publique.» (p. 15-16) Parmi les facteurs liés aux pairs et aux parents qui sont des prédicteurs significatifs de la VRA à l’adolescence, on note notamment l’agression sexuelle, la violence psychologique, la violence physique, le fait d’être victime de violence parentale et d’être victimisé par les pairs. En outre, les analyses «ont démontré que l’encadrement des parents avait un effet plus important sur la VRA psychologique et sur la VRA physique que sur les trois formes de violence combinées. Aussi, elles ont indiqué que le soutien des parents montre une taille d’effet plus importante lorsque les trois formes de VRA sont considérées plutôt que seule la VRA psychologique (mais pas que la VRA physique ou sexuelle). L’encadrement des parents ainsi que le soutien parental ne différaient pas quant à leur impact sur la VRA subie.» (p. 12)