Vieillissement de la génération X au Québec : vers un report de la retraite?

Vieillissement de la génération X au Québec : vers un report de la retraite?

Vieillissement de la génération X au Québec : vers un report de la retraite?

Vieillissement de la génération X au Québec : vers un report de la retraite?s

| Ajouter

Référence bibliographique [19827]

Cahiers québécois de démographie, vol. 45, no 2, p. 167-191.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«À travers l’examen de certaines dimensions du parcours professionnel des membres de [la génération X], le présent article examine le bien-fondé des arguments voulant que les nouvelles générations travaillent moins que les générations précédentes et qu’elles soient plus enclines à prolonger leur vie professionnelle en raison de leur niveau de scolarité plus élevé et de leur meilleur état de santé.» (p. 169)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Cet article s’appuie sur des données de l’Enquête sociale générale (ESG) portant sur la famille et sur l’emploi du temps, ainsi que sur des données de l’Enquête sur la population active (EPA).

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Il semble incertain […] que la scolarisation accrue et la tertiarisation de l’emploi aient conduit à un rapport au travail forcément favorable au prolongement de la vie professionnelle. Au contraire, il semble que l’évolution récente du travail et les transformations dans la sphère de la famille soient venues accroître l’importance du temps contraint et, possiblement, le sentiment d’épuisement et d’usure. Malgré les arguments voulant que les nouvelles générations travaillent moins que les générations précédentes, il apparait, au contraire, que tout au long de leur parcours de vie, elles travaillent au moins autant, devant combiner un travail exigeant une plus grande part d’investissement personnel, avec une vie familiale toujours prenante, où très souvent les deux conjoints sont actifs sur le marché du travail. Or, à cela risque de s’ajouter, au cours des prochaines années, des obligations à l’égard de parents âgés, prolongeant par le fait même les difficultés liées à la conciliation travail-famille. À cet égard, il semble que les politiques familiales dont le Québec s’est doté au cours des dernières années sont arrivées un peu tard pour les membres de cette génération. Or, rien n’indique qu’ils bénéficieront de mesures pour faciliter leurs responsabilités à l’égard de leurs parents âgés.» (p. 187)