L’enseignement ménager au Québec : entre ’’mystique’’ féminine et professionnalisation, 1930-1960

L’enseignement ménager au Québec : entre ’’mystique’’ féminine et professionnalisation, 1930-1960

L’enseignement ménager au Québec : entre ’’mystique’’ féminine et professionnalisation, 1930-1960

L’enseignement ménager au Québec : entre ’’mystique’’ féminine et professionnalisation, 1930-1960s

| Ajouter

Référence bibliographique [19781]

Recherches Féministes, vol. 30, no 2, p. 17-37.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’auteure explore les différentes manières d’envisager l’enseignement ménager au coeur du XXe siècle québécois, en particulier la tension entre un enseignement professionnel et un enseignement ayant pour objet la formation de bonnes mères et épouses canadiennes-françaises.» (résumé)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’analyse «est essentiellement basée sur le dépouillement des archives concernant l’enseignement ménager du fonds du ministère de l’Éducation et de celles de l’École ménagère provinciale.» (p. 22)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


Le «renouveau de l’enseignement ménager s’inscrit dans le contexte de développement du mouvement familial, qui pose un diagnostic de crise de la famille canadienne-française, surtout urbaine. Ainsi, dans l’objectif de défendre et de valoriser la famille, un ensemble d’actrices et d’acteurs sociaux s’organisent en associations et publient plusieurs revues. […] L’association des vertus de l’enseignement ménager à la stabilité familiale et sociale n’est pas nouvelle, mais elle prend une place d’autant plus importante que ce discours se révèle de plus en plus en décalage avec les réalités sociales.» (p. 25) L’auteure conclut que «[s]’il existe bel et bien un consensus sur la nécessité d’une éducation spécifique des filles, […] cela ne signifie pas pour autant que tous ses promoteurs et promotrices partagent les mêmes objectifs. Réintégrer les activités de l’EMP [École ménagère provinciale] à l’étude de l’enseignement ménager permet ainsi de souligner l’existence de ces divergences d’avis et de mettre en lumière le rôle de certaines femmes de carrière laïques qui ont contribué à son développement avec des visées plus professionnelles. L’enjeu de la formation des professeures […] devient progressivement une question débattue plus largement dans l’espace public, alors que la commission Parent, instituée après l’élection du gouvernement Lesage, en fait une de ses préoccupations majeures.» (p. 32)