Le territoire comme lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs des femmes Atikamekw

Le territoire comme lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs des femmes Atikamekw

Le territoire comme lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs des femmes Atikamekw

Le territoire comme lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs des femmes Atikamekws

| Ajouter

Référence bibliographique [19760]

Basile, Suzy, Asselin, Hugo et Martin, Thibault. 2017. «Le territoire comme lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs des femmes Atikamekw ». Recherches Féministes, vol. 30, no 1, p. 61-80.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le féminisme autochtone a pour objet de contrer la marginalisation sociale et historique des femmes autochtones en documentant et en analysant les effets combinés du racisme, du colonialisme et du sexisme […] et en luttant contre ceux-ci. C’est dans cette optique que le présent article donne la parole à des femmes Atikamekw afin qu’elles expliquent l’importance de leur relation privilégiée au territoire dans la transmission des savoirs et des valeurs de leur peuple.» (p. 62)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Des entrevues ont été réalisées avec 32 femmes membres des trois communautés atikamekw.» (p. 62)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les femmes Atikamekw connaissent le mode de vie de leurs ancêtres et le rôle qu’y jouaient celles qui les ont précédées. Ce rôle était prédominant dans les domaines liés au mariage, à l’adoption coutumière, à l’organisation familiale, à la grossesse et à l’accouchement. Les femmes étaient responsables de conclure des alliances familiales déterminantes pour la répartition des activités sur le territoire. Ce rôle et celui des sages-femmes ont diminué de façon marquée en raison de la sédentarisation. Les accouchements – qui ont maintenant majoritairement lieu dans les hôpitaux – ont perdu leur rôle de marqueurs spatiotemporels et l’identification du lieu d’origine s’en est trouvée modifiée. L’éducation est valorisée par les femmes Atikamekw de nos jours, mais la fracture causée par les pensionnats a fragilisé la transmission des savoirs sans toutefois les faire disparaître. Notre analyse exploratoire du territoire comme lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs des femmes Atikamekw a montré de nombreuses similitudes avec la réalité des femmes d’autres nations autochtones au Québec et ailleurs.» (p. 74-75)