’’J’vois pas pourquoi j’travaillerais pas’’ : le travail salarié des femmes mariées à l’émission télévisée Femme d’aujourd’hui (Société Radio-Canada, 1965-1982)

’’J’vois pas pourquoi j’travaillerais pas’’ : le travail salarié des femmes mariées à l’émission télévisée Femme d’aujourd’hui (Société Radio-Canada, 1965-1982)

’’J’vois pas pourquoi j’travaillerais pas’’ : le travail salarié des femmes mariées à l’émission télévisée Femme d’aujourd’hui (Société Radio-Canada, 1965-1982)

’’J’vois pas pourquoi j’travaillerais pas’’ : le travail salarié des femmes mariées à l’émission télévisée Femme d’aujourd’hui (Société Radio-Canada, 1965-1982)s

| Ajouter

Référence bibliographique [19756]

Recherches Féministes, vol. 30, no 2, p. 39-57.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les auteures de cet article analysent le traitement médiatique consacré au travail salarié des femmes mariées au Québec de 1965 à 1982.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur l’analyse du magazine télévisuel Femme d’aujourd’hui, une émission destinée aux femmes réalisée par la Société Radio-Canada et diffusée entre 1965 et 1982. «Au total, 137 [...] extraits consultables en format vidéo ou audio ont été transcrits et analysés [...]» (p. 41)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


«Cette brève analyse des émissions de Femme d’aujourd’hui portant sur le travail salarié des femmes mariées […] permet […] de dégager quelques constats. D’une part, ce magazine télévisuel qui s’adresse […] aux femmes au foyer fait très nettement la promotion des activités rémunérées des femmes, perçues comme la voie d’accès à une autonomie économique leur permettant de participer à la vie sociale [...]. En fait, la valorisation du travail domestique ayant été le domaine privilégié des émissions dites ’’féminines’’ par le passé, Femme d’aujourd’hui, qui désire s’en distancier, cherche surtout à esquiver le sujet pour éviter de perpétuer une conception conservatrice du rôle des femmes dans la société.» (p. 53) Pour finir, les auteures écrivent que «l’émission en arrive à se montrer très critique par rapport à diverses formes de discrimination dont les femmes sont l’objet, [mais] son discours, loin d’être radical, s’avère en phase avec la pénétration des idées féministes libérales. Ainsi que le montre Lamoureux (2016), ce type de féminisme a pour objet une meilleure intégration des femmes aux structures sociales existantes pour assurer leur égalité avec les hommes plutôt qu’un changement de fond en comble des modes d’organisation sociale, ce qui explique pourquoi la question du travail féminin s’est le plus souvent limitée au travail salarié.» (p. 54)