Prévalence et incidence de l’exposition des enfants à la violence conjugale et défis conceptuels et méthodologiques liés à la mesure du phénomène

Prévalence et incidence de l’exposition des enfants à la violence conjugale et défis conceptuels et méthodologiques liés à la mesure du phénomène

Prévalence et incidence de l’exposition des enfants à la violence conjugale et défis conceptuels et méthodologiques liés à la mesure du phénomène

Prévalence et incidence de l’exposition des enfants à la violence conjugale et défis conceptuels et méthodologiques liés à la mesure du phénomènes

| Ajouter

Référence bibliographique [19508]

Les violences dans la vie des enfants et des adolescents : enjeux théoriques, méthodologiques et sociaux , sous la dir. de Simon Lapierre, Hamelin Brabant, Louise et Lessard, Geneviève, p. 51-71. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le chapitre présente une recension des écrits visant à «décrire les données disponibles sur l’incidence et la prévalence de l’EVC [exposition à la violence conjugale] en vue de dégager quelques constats sur les défis conceptuels et méthodologiques reliés à la mesure du phénomène.» (p. 52)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 15 études recensées depuis 2000 réparties selon deux types, «les études basées sur les cas signalés à la police ou aux organismes de protection de l’enfance et celles menées dans la population générale.» (p. 55)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Un nombre considérable d’enfants et d’adolescents vit des situations graves. Le risque n’est cependant pas le même pour tous les enfants. La gravité de l’exposition varie également selon certaines caractéristiques de l’EVC. Les études font aussi ressortir que plus du tiers des jeunes exposés ont aussi été victimes de maltraitance dans leur milieu familial. L’examen des études d’incidence et de prévalence sous l’angle des enjeux conceptuels et méthodologiques qu’elles présentent nous amène à un certain nombre de constats. Ainsi, les études font davantage appel aux jeunes pour documenter leur expérience en matière d’EVC. Leur réalité est aussi un peu mieux couverte par les études sur les services d’aide. […] L’analyse fait ressortir l’importance de poursuivre les efforts sur le plan de la définition du phénomène en se dotant de mesures plus inclusives prenant en compte les différentes formes d’EVC. Il paraît également important d’arriver à dégager un portrait des situations en fonction des facteurs de risque, mais aussi des facteurs de protection pertinents liés aux enfants, à leur famille et à leur environnement.» (p. 68)