De la naissance et des pères

De la naissance et des pères

De la naissance et des pères

De la naissance et des pèress

| Ajouter

Référence bibliographique [19324]

De la naissance et des pères. Montréal: Les Éditions du Remue-ménage.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de l’auteure est de brosser le portrait de l’évolution du rôle du père durant l’expérience de la grossesse et de l’accouchement au XXe siècle.

Questions/Hypothèses :
«La question suivante a servi de fil conducteur à cet ouvrage: de quelle façon a évolué l’implication des pères au moment de la naissance de l’enfant et quels sont les principaux facteurs l’ayant influencée?» (p. 16)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur des rencontres avec quatre pères d’origine canadienne-française dont les enfants sont nés dans les années 1950 à 1980. L’auteure utilise également plusieurs publications gouvernementales d’époque, des articles de journaux d’époque, et des ouvrages médicaux et guides de préparation à la naissance publiés durant le XXe siècle.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


«Cette histoire ravive la mémoire de ces pères qui ont fait les frais de la médicalisation croissante, ballottés entre les contraintes sociales et aspirations profondes. Auparavant témoins privilégiés de l’accouchement, lorsque celui-ci se déroulait à la maison, les pères ont perdu en l’espace de quelques années la possibilité même d’assister à la naissance de leur enfant. Devenus intrus, c’est bien souvent à travers la vitre de la pouponnière qu’ils voyaient leur bébé pour la première fois. [L’ouvrage] nous replonge dans la période des grands bouleversements, des années 1950 aux années 1980: un moment charnière qui vit éclore le mouvement d’humanisation des naissances, revendiquant entre autres la participation des pères. Un écho, aussi, à la réalité des familles non traditionnelles au sein desquelles l’autre parent doit souvent lutter pour occuper la place qui lui revient.» (quatrième de couverture)