Sentiment d’efficacité personnelle d’enseignants du primaire travaillant auprès d’élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme : vécu de deux enseignantes en classe ordinaire et en classe d’adaptation scolaire

Sentiment d’efficacité personnelle d’enseignants du primaire travaillant auprès d’élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme : vécu de deux enseignantes en classe ordinaire et en classe d’adaptation scolaire

Sentiment d’efficacité personnelle d’enseignants du primaire travaillant auprès d’élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme : vécu de deux enseignantes en classe ordinaire et en classe d’adaptation scolaire

Sentiment d’efficacité personnelle d’enseignants du primaire travaillant auprès d’élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme : vécu de deux enseignantes en classe ordinaire et en classe d’adaptation scolaires

| Ajouter

Référence bibliographique [19298]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif général de la recherche est de décrire le sentiment d’efficacité personnelle des enseignants du primaire accueillant les élèves ayant un TSA [trouble du spectre de l’autisme], en classe ordinaire et en classe d’adaptation scolaire, dans le but de mieux comprendre les contributions et les obstacles à son développement.» (p. 20)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Deux enseignantes ont participé à l’étude: Christelle, enseignante en ASS [adaptation scolaire et sociale] dans une classe TSA de 1re année; et Marie-Thérèse, enseignante dans une classe ordinaire de 5e année et intégrant un élève Asperger.» (p. 166)

Instruments :
- Questionnaires
- Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse statistique
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats proposés permettent de mettre en évidence les différents facteurs ou sources influençant le sentiment d’efficacité personnelle (SEP) des enseignantes, dans une classe ordinaire et dans une classe d’adaptation scolaire au Québec. Ils démontrent, entre autres, la force particulière des pratiques pédagogiques, collaboratives et de multiples croyances influençant le SEP des enseignantes.» (p. xvii) «Collaborer avec les parents des élèves ne présente pas, pour les deux enseignantes, de difficultés majeures et, pour se sentir efficaces dans ce domaine, ces dernières ressentent avant tout le besoin d’avoir leur confiance. […] En considérant le SEP comme un construit cyclique et circulaire […], Lecomte (2004) suggère que les croyances d’efficacité personnelles des enseignants déterminent partiellement le niveau de participation parentale dans les activités scolaires des enfants. Aussi, les enseignants convaincus de leur capacité à agir, ont plus de chances de solliciter et de soutenir les efforts des parents.» (p. 147-148)