Représentations, fonctions et statuts des parents dans les lois grecques des époques archaïque et classique : analyse des documents épigraphiques

Représentations, fonctions et statuts des parents dans les lois grecques des époques archaïque et classique : analyse des documents épigraphiques

Représentations, fonctions et statuts des parents dans les lois grecques des époques archaïque et classique : analyse des documents épigraphiques

Représentations, fonctions et statuts des parents dans les lois grecques des époques archaïque et classique : analyse des documents épigraphiquess

| Ajouter

Référence bibliographique [17721]

Lajeunesse, Maude. 2014. «Représentations, fonctions et statuts des parents dans les lois grecques des époques archaïque et classique : analyse des documents épigraphiques». Thèse de doctorat, Montréal; Bordeaux, Université du Québec à Montréal, Département d’histoire; Université Bordeaux Montaigne, École Doctorale Montaigne Humanités.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’étude vise à comprendre la notion de ‘parent’ dans les textes législatifs grecs des époques archaïque et classique de la Grèce ancienne.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique
Analyse de contenu

3. Résumé


«[L]es membres de la famille nucléaire, le père, la mère et les enfants, qui constituaient la base de l’oikos idéal, sont les parents les plus souvent nommés. Surtout, ces parents sont essentiellement identifiés comme ascendants ou descendants. En effet, hormis le Code de Gortyne, aucun des documents étudiés ne mentionne l’époux. Et les lois qui désignent l’épouse, seule, la considèrent à titre de mère potentielle. De même, les frères sont appelés, comme les autres collatéraux, à se substituer à un parent de son oikos d’origine seulement lorsque la lignée est en péril. L’étude des lois sous l’angle de la parenté montre ainsi que la préservation des oikoi […] ne pouvait être assurée que par le maintien des lignages ou, inversement, par l’extinction des lignées nuisibles. On trouve ainsi, dans les dispositions soumises à l’examen, une nette prépondérance des mentions d’enfants et de descendants. Ce sont eux, en effet, qui assuraient le lien entre la génération de leurs ascendants et celle de leur propre descendance. Le père et la mère […] occupent aussi une importance considérable dans les documents. À défaut de l’un de ces parents, c’est le frère ou, dans une moindre mesure, l’oncle (en tant que frère du père), qui devait assurer la continuité de la lignée.» (p. 511-512)