Influence de la négligence, de l’abus physique et sexuel sur le développement socio-émotionnel d’enfants d’un à dix-huit ans : une méta-analyse

Influence de la négligence, de l’abus physique et sexuel sur le développement socio-émotionnel d’enfants d’un à dix-huit ans : une méta-analyse

Influence de la négligence, de l’abus physique et sexuel sur le développement socio-émotionnel d’enfants d’un à dix-huit ans : une méta-analyse

Influence de la négligence, de l’abus physique et sexuel sur le développement socio-émotionnel d’enfants d’un à dix-huit ans : une méta-analyses

| Ajouter

Référence bibliographique [17575]

Perron, Caroline. 2016. «Influence de la négligence, de l’abus physique et sexuel sur le développement socio-émotionnel d’enfants d’un à dix-huit ans : une méta-analyse». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Une synthèse des connaissances a été réalisée afin de vérifier l’ampleur de l’association entre différents sous-types d’abus (négligence, abus physique et sexuel) et le développement socio-émotionnel d’enfants âgés d’un à dix-huit ans.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Au total, 39 échantillons provenant de 37 articles ont été inclus, ce qui représente 738 enfants victimes de négligence, 968 enfants victimes d’abus physiques, 258 victimes d’abus sexuels et 1 847 enfants non exposés à la maltraitance.» (p. iii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Malgré les nombreuses études disponibles sur ce sujet, les résultats n’abondaient pas tous dans le même sens, c’est-à-dire que certains chercheurs arrivaient à la conclusion que le développement des enfants victimes de l’un ou l’autre de ces types de compromission était moins optimal que celui des enfants non exposés aux mauvais traitements tandis que d’autres chercheurs obtenaient l’association inverse.» (p. 75) «Les résultats ont aussi permis de constater que le développement des enfants victimes d’abus physiques était moins optimal que ceux ayant vécu de la négligence et que l’âge de l’enfant au moment de l’évaluation n’influençait pas les résultats de la sphère socio-émotionnelle. En contrepartie, les informateurs qui ont été sollicités pour compléter les outils d’évaluation évaluaient le développement socio-émotionnel de l’enfant différemment. En effet, les enfants victimes de négligence et d’abus tendent à sous-estimer leurs problèmes contrairement à leur parent et à l’observateur externe. Enfin, les résultats ont démontré, comme plusieurs autres études citées précédemment, que les enfants victimes de négligence éprouvaient plus de difficultés concernant les comportements prosociaux tandis que ceux ayant subi de l’abus physique présentaient plus de comportements extériorisés.» (p. 76)