Les facteurs de protection favorisant la non-récidive chez les adolescent(e)s ayant commis des agressions sexuelles

Les facteurs de protection favorisant la non-récidive chez les adolescent(e)s ayant commis des agressions sexuelles

Les facteurs de protection favorisant la non-récidive chez les adolescent(e)s ayant commis des agressions sexuelles

Les facteurs de protection favorisant la non-récidive chez les adolescent(e)s ayant commis des agressions sexuelless

| Ajouter

Référence bibliographique [17568]

Lottinville, Marie-Pier. 2016. «Les facteurs de protection favorisant la non-récidive chez les adolescent(e)s ayant commis des agressions sexuelles». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude qualitative exploratoire analyse les récits de vie [d’]adolescent/es ayant commis une agression sexuelle ou plus, ainsi que les récits d’expériences professionnelles [d’]intervenant(e)s ayant travaillé auprès d’adolescents auteurs d’abus sexuels.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«[Q]uels sont les facteurs de protection favorisant la non-récidive chez les adolescent/es ayant commis une agression sexuelle ?» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 4 adolescents et de 3 intervenants.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«De ces entrevues de recherche, nous avons dégagé des thèmes émergents […]. Ces thèmes sont les suivants: 1) les répondants avaient développé un lien de confiance avec une personne significative 2) les répondants ont vécu de la honte ayant modifié leur perception d’eux-mêmes 3) les répondants n’ont pas souffert de stigmatisation et d’étiquetage social et 4) les répondants ont reçu de l’aide professionnelle, qui leur a permis de se développer en tant que personne.» (p. 85) En ce qui a trait plus précisément à la famille, l’auteure mentionne qu’«[e]n conséquence à la déclaration du délit et du processus judiciaire s’ensuivant, les répondants ont mentionné avoir observé un changement significatif dans leurs relations familiales, particulièrement avec leurs parents. Ces changements sont de plusieurs ordres : apparition de conflits récurrents entre les répondants et le ou leurs parents, diminution de la confiance des parents à l’égard de leur enfant et sentiment de déception des parents à l’égard du comportement délictuel de leur enfant.» (p. 53)