Les usages sociaux des drogues chez les jeunes polyconsommateurs au Québec et sa région

Les usages sociaux des drogues chez les jeunes polyconsommateurs au Québec et sa région

Les usages sociaux des drogues chez les jeunes polyconsommateurs au Québec et sa région

Les usages sociaux des drogues chez les jeunes polyconsommateurs au Québec et sa régions

| Ajouter

Référence bibliographique [17566]

Houde, Joanie. 2014. «Les usages sociaux des drogues chez les jeunes polyconsommateurs au Québec et sa région». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude, de nature exploratoire, vise la compréhension des usages sociaux chez les jeunes polyconsommateurs.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«Quels sont les usages sociaux des drogues chez les jeunes polyconsommateurs au Québec et sa région?» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de «dix jeunes polyconsommateurs âgés de 14 à 17 ans qui font, ou ont déjà fait, usage de substances licites ou illicites.» (p. iii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les principaux constats révèlent que les motifs de consommation peuvent avoir une visée sociale. En effet, plusieurs adolescents ont recours aux drogues dans l’optique de se conformer aux attentes parentales et sociales ou dans le but de fuir des exigences et des pressions sociales lourdes.» (p. iii) «Selon les propos recueillis, il semblerait que l’usage de drogues permette à certains participants de fuir et d’oublier la déception parentale lorsqu’ils ne parviennent pas à combler leurs attentes.» (p. 102) «Selon [certains participants], l’adoption de comportements jugés non conformes aux valeurs familiales, par exemple l’absentéisme scolaire, susciterait chez leurs parents divers sentiments négatifs, comme la tristesse, la honte et la déception. En fait, les répondants précisent que leurs parents exercent une pression pour qu’ils soient performants à l’école ou en sport, pour qu’ils adoptent une bonne conduite, qu’ils écoutent les adultes en autorité, qu’ils ne consomment pas de drogues, etc.» (p. 103)