Profils latents d’usage de substance chez des consommateurs de cannabis à l’adolescence : prédicteurs et conséquences attribuées à la consommation

Profils latents d’usage de substance chez des consommateurs de cannabis à l’adolescence : prédicteurs et conséquences attribuées à la consommation

Profils latents d’usage de substance chez des consommateurs de cannabis à l’adolescence : prédicteurs et conséquences attribuées à la consommation

Profils latents d’usage de substance chez des consommateurs de cannabis à l’adolescence : prédicteurs et conséquences attribuées à la consommations

| Ajouter

Référence bibliographique [17511]

Fallu, Jean-Sébastien, Brière, Frédéric N. et Janosz, Michel. 2015. «Profils latents d’usage de substance chez des consommateurs de cannabis à l’adolescence : prédicteurs et conséquences attribuées à la consommation ». Intervenant, vol. 31, no 4, p. 5-6.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude visait à identifier des types de consommateurs de cannabis à l’adolescence et à examiner comment ces groupes se distinguent en termes d’usage d’autres substances, de facteurs de risque et de conséquences associées.» (p. 6)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les participants sont issus d’une cohorte d’élèves recrutés dans 68 écoles secondaires en milieu défavorisé du Québec dans le cadre de l’évaluation de la stratégie d’intervention Agir autrement (SIAA, 2002-2008). […] L’échantillon de cette étude se compose de tous les participants qui ont révélé des informations sur leur usage de cannabis au cours de leur 4e année du secondaire (n = 1618).» (p. 6)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«L’étude fait ressortir certaines pistes pour mieux cibler et intervenir efficacement auprès des adolescents usagers de cannabis. D’abord, l’intervention devrait être priorisée chez les jeunes qui présentent une consommation sévère, que celle-ci débute précocement ou tardivement au cours de l’adolescence. Il apparaît important de miser sur la réduction des risques et des méfaits associés à l’usage problématique de substances chez ces groupes de consommateurs (par exemple, le ''binge drinking'' ou beuverie et la polyconsommation). La délinquance des pairs et l’engagement scolaire sont des facteurs à prendre en compte pour dépister les consommateurs les plus à risque et pour prévenir l’aggravation de la consommation. Les conflits familiaux, la supervision parentale et les comportements délinquants sont d’autres cibles importantes d’intervention.» (p. 6)