Au-delà des migrations urbaines : les alternatives proposées par des jeunes kichwas de la province du Chimborazo

Au-delà des migrations urbaines : les alternatives proposées par des jeunes kichwas de la province du Chimborazo

Au-delà des migrations urbaines : les alternatives proposées par des jeunes kichwas de la province du Chimborazo

Au-delà des migrations urbaines : les alternatives proposées par des jeunes kichwas de la province du Chimborazos

| Ajouter

Référence bibliographique [17375]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous souhaitions connaitre le point de vue des jeunes kichwas [sic] de la province du Chimborazo sur le Sumac kawas [nouvelle coexistence citoyenne et développement économique en harmonie avec la nature] et nous imprégner de leurs connaissances.» (p. 2)

Questions/Hypothèses :
«Dans ce mémoire, nous émettons deux hypothèses, la première est que le Sumac kawas pourrait être une opportunité pour la décolonisation du savoir occidental et pour une ouverture de la connaissance à la normativité indigène. Nous postulons également que les discours articulés autour du Sumak kawsay se révèlent être un accaparement des concepts indigènes et une prolongation de la colonialité du pouvoir.» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur des entretiens avec six jeunes adultes issus de la communauté indigène Kichwas, dans la province du Chimborazo, en Équateur.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La première partie de nos résultats nous a permis de décrire le phénomène des migrations à travers la voix nos [sic] jeunes participants, tous issus de familles d’agriculteurs ruraux des cantons de Colta et de Cachà. Le phénomène de la migration, bien qu’il ne soit pas nouveau nous semblait essentiel à relater pour saisir les dynamiques de ces communautés rurales. De manière générale, nous avons vu que le phénomène entrainait une série de conséquences qui sont perçues négativement par les jeunes participants (éclatement des familles, absence de communication entre les générations, impossibilité d’effectuer les travaux communautaires etc.). Les critiques des jeunes visent à la fois les raisons qui attirent les Kichwas vers les métropoles et les conséquences de leurs choix, une fois arrivé sur place. Ces critiques portent sur les conséquences négatives sur leur alimentation, leurs relations sociales et leur santé mentale. Les propos des participants ont révélé qu’il était difficile de vivre son identité de Kichwa en ville. Les jeunes qui migrent ou dont les parents ou grands-parents ont migré ne parlent plus la langue kichwa, perdent peu à peu leur habitudes alimentaires et vestimentaires. […] Plusieurs jeunes y voient une dangereuse uniformisation des modes de vie.» (p. 104-105)