Les retombées positives et négatives de l’intervention en situation de crise sur la santé biopsychosociale et la performance au travail des intervenants psychosociaux des Centres de santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les retombées positives et négatives de l’intervention en situation de crise sur la santé biopsychosociale et la performance au travail des intervenants psychosociaux des Centres de santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les retombées positives et négatives de l’intervention en situation de crise sur la santé biopsychosociale et la performance au travail des intervenants psychosociaux des Centres de santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les retombées positives et négatives de l’intervention en situation de crise sur la santé biopsychosociale et la performance au travail des intervenants psychosociaux des Centres de santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jeans

| Ajouter

Référence bibliographique [17350]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[C]e mémoire a pour but de présenter le point de vue des intervenants psychosociaux des CSSS [centre de santé et de services sociaux] du Saguenay Lac-Saint-Jean en ce qui a trait à leur vécu lorsqu’ils sont appelés à intervenir lors de [situations de crise, de tragédie ou de sinistre].» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de «25 [intervenants psychosociaux qui] ont participé à l’un ou l’autre de ces cinq groupes de discussion […].» (p. ii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats de la présente étude démontrent que la principale retombée positive que vivent les intervenants suite à leur implication dans des événements traumatiques est la satisfaction par la compassion. […] Quant aux principales sources de satisfaction et d’insatisfaction ainsi que les difficultés que peuvent vivre ces derniers liés à leur travail en contexte traumatique, la reconnaissance de leur travail de la part de leur employeur, le partenariat et le soutien de leurs pairs sont des exemples de ce qui influe sur leur motivation à s’impliquer en situation de crise.» (p. ii) «Le travail des intervenants de la garde sociale peut […] avoir diverses retombées sur leur vie de famille. Ainsi, les conjoints et les enfants peuvent vivre de l’inquiétude face au travail de ces derniers et craindre pour leur intégrité physique.» (p. 125) «[D]es intervenants qui n’ont pas la responsabilité de prendre soin de jeunes enfants ou qui ont des enfants en âge d’être indépendants rencontrent moins d’obstacles à concilier leurs diverses responsabilités tant conjugales, familiales que professionnelles. La présence d’un conjoint, de membres de la famille ou d’amis qui peuvent prendre en charge les enfants lorsqu’ils sont appelés à intervenir en situation d’urgence permettrait également à ces derniers de concilier leurs divers rôles sociaux. (p. 131)