Les enfants des CLOSM du Canada et les langues officielles du pays

Les enfants des CLOSM du Canada et les langues officielles du pays

Les enfants des CLOSM du Canada et les langues officielles du pays

Les enfants des CLOSM du Canada et les langues officielles du payss

| Ajouter

Référence bibliographique [17165]

La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada , sous la dir. de Rodrigue Landry, p. 23-94. Québec: Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce chapitre présente l’analyse des données sur les enfants des CLOSM [communautés de langue officielle – français et anglais – en situation minoritaire] dans le but de décrire leur rapport aux langues officielles du Canada.» (p. 24)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données des CLOSM portaient 9707 enfants de langue française et 5420 de langue anglaise. Elles ont été récoltées par l’entremise d’un sondage téléphonique assisté par ordinateur.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«S’ajoute aux facteurs de la proportion et de la proximité ou concentration territoriale celui de la structure familiale. Dans les dernières décennies, en particulier, les augmentations des taux d’exogamie et la décroissance concomitante des taux d’endogamie chez les minorités de langue officielle suscitent l’intérêt des chercheuses et des chercheurs […]. Selon les provinces et territoires, entre deux enfants sur trois et neuf enfants sur dix sont issus de couples exogames […]. Chez les anglophones du Québec, la langue maternelle du conjoint ou de la conjointe est le français dans 32% des cas et une tierce langue dans 9% des cas. Chez la CLASM [communauté de langue anglaise en situation minoritaire], la proportion d’enfants issus de couples exogames anglophones-francophones au Québec est d’environ 45% et d’un peu plus de 14% chez les couples anglophone-allophone.» (p. 66)