L’intégration socio-scolaire et les stratégies identitaires d’adolescents iraniens à Montréal

L’intégration socio-scolaire et les stratégies identitaires d’adolescents iraniens à Montréal

L’intégration socio-scolaire et les stratégies identitaires d’adolescents iraniens à Montréal

L’intégration socio-scolaire et les stratégies identitaires d’adolescents iraniens à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [1603]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette recherche a pour objectif de mieux explorer la problématique de l’intégration sociale et scolaire des jeunes immigrants, en nous penchant spécifiquement sur le vécu d’adolescents iraniens récemment arrivés au Québec. Nous tentons, entre autres, d’identifier les conflits de valeurs entre les parents et les adolescents d’une part, et de cerner les stratégies identitaires de ces adolescents face à ces conflits, d’autre part. Enfin, elle essaie de comprendre la perception des parents de ces adolescents envers ces enjeux. » (p. i)

Questions/Hypothèses :
« La recherche est construite autour de six questions principales :
1. Quel bilan les jeunes font-ils de leur intégration sociale et scolaire? […]
2. Comment les jeunes entrevoient-ils les choix de vie qu’ils seront amenés à faire? […]
3. Les jeunes vivent-ils des conflits de valeurs? […]
4. Les jeunes développent-ils des stratégies identitaires? […]
5. Existe-il une divergence entre la perception des jeunes et celle de leurs parents sur ces enjeux? […]
6. En quoi l’expérience des jeunes d’origine iranienne au Québec diffère-telle ou est-elle similaire à celles rapportées dans d’autres contextes migratoires? » (p. 97-98)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Dans cette étude, quatorze jeunes de 13 à 18 ans ainsi que leurs parents (neuf) [iraniens] ont été interviewés. » (p. i)

Instruments :
- Questionnaire
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’analyse des données démontre que ces jeunes ont un discours positif sur leur intégration scolaire et sociale. Le vécu familial et leurs choix de vie sont influencés essentiellement par leur milieu familial. L’influence de leurs amis – en général d’origine diversifiée – se limite à l’utilisation de leur temps libre. Ils croient aux valeurs traditionnelles iraniennes, tout en essayant d’être indépendants, libres et d’adopter un style de vie influencé par la société d’accueil qui peut conduire à des conflits potentiels avec leurs parents. Lorsque cela est le cas, les principales stratégies identitaires de ces jeunes sont celles de la cohérence complexe ou de la cohérence par modération des conflits de codes de vie. Par ailleurs, nous avons noté que le développement chez ces jeunes d’un sentiment d’appartenance à leur pays d’accueil repose principalement sur leur scolarisation. En résumé, nous pouvons constater que les jeunes d’origine iranienne, récemment arrivés au Québec, s’adaptent relativement facilement à leur nouvel environnement de vie tout en conservant leur attachement à leur culture d’origine. Ceci nous permet de conclure que leur processus d’intégration correspond peu à l’aliénation des jeunes musulmans maintes fois décrite dans la littérature internationale et nationale. » (p. i-ii)