La polyvictimisation des jeunes québécois : implication et enjeux sur le plan clinique

La polyvictimisation des jeunes québécois : implication et enjeux sur le plan clinique

La polyvictimisation des jeunes québécois : implication et enjeux sur le plan clinique

La polyvictimisation des jeunes québécois : implication et enjeux sur le plan clinique s

| Ajouter

Référence bibliographique [1376]

La polyvictimisation des jeunes québécois : implication et enjeux sur le plan clinique . Coll. «Fiche synthèse synergie recherche / pratique»: Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’atelier visait quatre objectifs : 1) présenter les résultats de l’étude ’La polyvictimisation des jeunes au Québec : étude pilote auprès d’échantillons cliniques’ de Claire Chamberland et ses collaborateurs; 2) compléter et valider avec les intervenants les résultats présentés; 3) identifier certains enjeux et difficultés cliniques liés à l’intervention auprès des jeunes polyvictimisés et 4) identifier des stratégies permettant de faciliter et de favoriser une intervention qui tient compte de la polyvictimisation du jeune. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Pour l’étude : échantillon clinique de jeunes âgés de 2 à 17 ans, suivis par trois centres jeunesse du Québec;
- Pour l’atelier : « [il] regroupait 14 participants à Québec et 30 participants à Montréal, en provenance de différents milieux : maisons pour femmes victimes de violence, centres jeunesse, CSSS, organismes pour conjoints violents, milieux scolaire et universitaire, etc. » (p. 1).

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’atelier 3 [du séminaire : intervention auprès des enfants en situation de violence conjugale : regards sur certaines stratégies mises en place], animé par Geneviève Lessard […] et Katie Cyr […] portait sur la polyvictimisation des jeunes québécois. Les résultats obtenus […] ont démontré qu’une majorité de jeunes sont exposés de façon concomitante à plusieurs formes de victimisation. Lorsque ces jeunes ont subi plus de quatre formes de victimisation lors d’événements distincts au cours d’une même année, nous parlons alors de polyvictimisation. L’intérêt de cette étude réside dans le fait que les diverses formes de maltraitance (abus physique, négligence, exposition à la violence conjugale, etc.) sont bien souvent étudiées de façon isolée, créant ainsi une littérature fragmentée qui informe peu quant à la cooccurrence des différentes formes de victimisation. Les impacts sur la santé et le développement des jeunes sont également étudiés de façon spécifique en ne considérant qu’une ou quelques formes de victimisation.» (p. 1) « Cette fiche synthèse rend compte des échanges qui ont du lieu au cours de ces deux ateliers [à Montréal et à Québec]. » (idem)