Exploration des déterminants du soutien social chez les personnes aînées immigrantes et canadiennes de souche

Exploration des déterminants du soutien social chez les personnes aînées immigrantes et canadiennes de souche

Exploration des déterminants du soutien social chez les personnes aînées immigrantes et canadiennes de souche

Exploration des déterminants du soutien social chez les personnes aînées immigrantes et canadiennes de souches

| Ajouter

Référence bibliographique [13230]

Tremblay, Sophie. 2012. «Exploration des déterminants du soutien social chez les personnes aînées immigrantes et canadiennes de souche». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke (Québec), Université de Sherbrooke, Centre de formation en gérontologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude propose d’explorer […] l’impact du statut d’immigrant sur le soutien social et ses différents déterminants chez les aînés.» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon de la présente a été constitué à partir d’un sous-échantillon restreint géographiquement de l’échantillon initial de l’ESCC [Enquête sur la Santé dans les Collectivités Canadiennes], regroupant 130 000 participants âgés de 12 ans et plus et résidant dans une des 122 régions socio-sanitaires du Canada. Le sous-échantillon de la présente recherche est de 848 participants âgés de 60 ans et plus, résidant dans la ville de Montréal. Il a été divisé en 2 groupes selon le statut d’immigration (207 participants groupe immigrants, 641 participants groupe Canadiens de souche).» (p. ii)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les analyses ont permis de révéler dans un premier temps qu’il n’existe aucune différence significative entre les aînés immigrants et nonimmigrants quant à la perception du soutien social. Il est souhaitable de penser que les aînés, qu’ils soient immigrants ou non, ont la même perception en regard du soutien social qu’ils reçoivent. Outre l’absence de différences entre les deux groupes à l’étude, certains des déterminants inclus dans le modèle théorique élaboré pour l’étude permettent d’expliquer un peu de la variance au niveau du soutien social. En effet, le statut marital est le seul déterminant qui s’est avéré significatif tant pour les immigrants que pour les non-immigrants et ce, aux quatre sous-échelles de soutien social. Un aîné, qu’il soit immigrant ou non, qui ne bénéficie pas de la présence d’un conjoint, obtiendra un score plus faible aux échelles de perception du soutien social. Le déterminant de la santé mentale est aussi significatif mais seulement pour les aînés non-immigrants, c’est-à-dire que les aînés non-immigrants se considérant en mauvaise ou en très mauvaise santé mentale et n’étant pas en couple sont enclins à un score plus faible aux quatre sous-échelles de soutien social.» (p. 105)