Les familles et la vulnérabilité : Captation institutionnelle de la parole de l’enfant et du parent

Les familles et la vulnérabilité : Captation institutionnelle de la parole de l’enfant et du parent

Les familles et la vulnérabilité : Captation institutionnelle de la parole de l’enfant et du parent

Les familles et la vulnérabilité : Captation institutionnelle de la parole de l’enfant et du parents

| Ajouter

Référence bibliographique [12902]

La protection de l’enfance : la parole des enfants et des parents , sous la dir. de Carl Lacharité, Sellenet, Catherine et Chamberland, Claire, p. 48-59. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent chapitre [met] l’accent sur ce qu’on peut appeler la ‘captation institutionnelle’ de la parole des enfants et des parents qui vivent en situation de vulnérabilité psychosociale. La thèse qui est développée ici avance […] que le dispositif de protection de l’enfance est organisé de telle sorte qu’il transforme radicalement la parole des enfants et des parents à propos de leur vie[.] [De plus,] cette thèse souligne que, à plusieurs moments et à plusieurs endroits à l’intérieur de ce dispositif, les enfants et les parents, de même que les professionnels qui les accompagnent, arrivent à résister conjointement en créant des espaces et des méthodes de dialogue et de participation et en inventant une pratique qui tient compte de l’expérience des personnes et qui favorise la reconnaissance et la réflexivité permettant une déprise de cette captation institutionnelle.» (p. 48)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse théorique

3. Résumé


«L’expression et la prise en compte de la parole des enfants et des parents à l’intérieur du dispositif de protection doivent nécessairement être considérées comme étant problématiques, c’est-à-dire qu’il s’agit d’actions, aussi bien intentionnées et légitimes soient-elles, qui sont risquées, voire périlleuses, pour les personnes concernées. Ce travail visait à mettre en relief quelques-uns des obstacles que cette parole peut rencontrer dans l’univers institutionnel de la protection de l’enfance. J’ai regroupé ces obstacles sous la notion de captation institutionnelle de la vie des familles considérées comme vivant en situation de vulnérabilité. Ce travail visait aussi à mettre en évidence que les enfants, les parents et les professionnels sont loin d’être passifs face à cette captation institutionnelle et aux conséquences qu’elle entraîne; au contraire, il y a plusieurs moments où ces personnes arrivent à résister concrètement à cette force de gravitation et à construire des espaces qui se situent à la marge et la frontière de la planète institutionnelle. Ces actes de résistance ont été utilisés pour caractériser les contours d’une pratique participative dans l’intervention auprès de ces familles. C’est dans le cadre d’une telle pratique que l’expression et la prise en compte de la parole des enfants et des parents réussissent à construire du sens à propos de leurs besoins, de leurs ressources et des défis qu’ils rencontrent dans l’ordinaire de leur vie.» (p. 59)