Les nouvelles représentations dramaturgiques de la femme au Québec (2000-2010) : Fanny Britt, Evelyne de la Chenelière et Jennifer Tremblay, un féminisme diversifié

Les nouvelles représentations dramaturgiques de la femme au Québec (2000-2010) : Fanny Britt, Evelyne de la Chenelière et Jennifer Tremblay, un féminisme diversifié

Les nouvelles représentations dramaturgiques de la femme au Québec (2000-2010) : Fanny Britt, Evelyne de la Chenelière et Jennifer Tremblay, un féminisme diversifié

Les nouvelles représentations dramaturgiques de la femme au Québec (2000-2010) : Fanny Britt, Evelyne de la Chenelière et Jennifer Tremblay, un féminisme diversifiés

| Ajouter

Référence bibliographique [12838]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]e présent mémoire cherche à montrer que la dramaturgie féminine québécoise actuelle participe d’une nouvelle prise de parole féministe, plus complexe et plus diversifiée, qui tend notamment à conjuguer discours social et poétique de l’intime.» (p. 6)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteure utilise un corpus d’œuvres théâtrales. «Les œuvres à l’étude seront les suivantes: Chaque jour de Fanny Britt (2011), L’Imposture d’Evelyne de la Chenelière (2009) et La Liste de Jennifer Tremblay (2008).» (p. 6)

Type de traitement des données :
Analyse littéraire

3. Résumé


Selon l’auteure, les pièces à l’étude «proposent [...] des éléments novateurs quant à la représentation dramaturgique de la femme, tournant autour de trois imaginaires significatifs: l’imaginaire médiatique, l’imaginaire maternel et l’imaginaire du rapport hommes-femmes. En comparant les pièces entre elles ainsi qu’à quelques pièces charnières des décennies antérieures, il sera démontré que Chaque jour, L’Imposture et La Liste proposent de nouvelles représentations de la femme dans le paysage théâtral et social québécois. Enfin, ce mémoire vise à déterminer si la prise de parole féministe de ces pièces correspond au féminisme de la troisième vague.» (p. i) Si la représentation de la femme touche l’ensemble du mémoire, c’est dans le deuxième chapitre que l’on retrouve davantage la représentation de la mère. Dans ce chapitre sur l’imaginaire maternel, l’auteure conclut que «chacune des pièces envisagées sous le thème de la maternité met en scène des personnages féminins en crise avec leur univers maternel. […] En plus de présenter des personnages féminins qui sont clivés dans leur rôle de mères et de femmes, les pièces de notre corpus mettent en scène des personnages féminins en constant conflit entre eux et dont les rapports sont toujours problématiques […]. Cette absence d’harmonie entre femmes nous indique qu’il y a vraisemblablement une incidence de la troisième vague féministe dans ces textes dramatiques.» (p. 76-78)