La mortinaissance et la mortalité infantile dans les communautés autochtones du Québec

La mortinaissance et la mortalité infantile dans les communautés autochtones du Québec

La mortinaissance et la mortalité infantile dans les communautés autochtones du Québec

La mortinaissance et la mortalité infantile dans les communautés autochtones du Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [12809]

La mortinaissance et la mortalité infantile dans les communautés autochtones du Québec. Coll. «Rapports sur la santé», no 26:

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette analyse examine les taux de mortinaissance et de mortalité infantile chez les Autochtones du Québec, en particulier les Premières Nations vivant dans des réserves, et les compare à ceux chez les non-Autochtones de cette province.» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données sur les naissances vivantes et mortinaissances survenues au Québec de 1989 à 2008 ont été extraites du Fichier couplé des naissances et des décès infantiles de Statistique Canada.» (p. 3)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


À la lumière de leurs recherches, les auteurs mentionnent «[d]’une part, les taux significativement plus élevés de mortinaissance, de mortalité néonatale et de mortalité post-néonatale avant ajustement (pour l’âge maternel, la scolarité de la mère, la taille et l’isolement des communautés et la période) indiquent que les communautés autochtones sont désavantagées par rapport au reste de la population de la province. D’autre part, les taux significativement plus élevés de mortalité post-néonatale chez tous les Autochtones et de mortinaissance chez les Inuits, après ajustement, indiquent un écart indépendant des différences d’âge maternel et de scolarité de la mère entre Autochtones et non-Autochtones. Certains comportements associés au risque de mortinaissance et à la mortalité infantile sont également associés à l’âge et à la scolarité des mères. C’est le cas notamment du tabagisme durant la grossesse, qui constitue un facteur de risque, et de l’allaitement, qui constitue un facteur de protection.» (p. 7)