Parcours de vie et entrée en vie adulte : une analyse générationnelle dans la ville de Cotonou au Bénin

Parcours de vie et entrée en vie adulte : une analyse générationnelle dans la ville de Cotonou au Bénin

Parcours de vie et entrée en vie adulte : une analyse générationnelle dans la ville de Cotonou au Bénin

Parcours de vie et entrée en vie adulte : une analyse générationnelle dans la ville de Cotonou au Bénins

| Ajouter

Référence bibliographique [12528]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente thèse vise à comparer les parcours d’entrée en vie adulte des individus issus de deux générations de Cotonois, marquées par des contextes socio-économiques forts différents: les aînés (50-67 ans, nés entre 1945 et 1960, inscrits dans le contexte du paternalisme étatique pourvoyeur d’emploi) et les jeunes (22-37 ans, nés entre 1975 et 1990, inscrits dans le contexte de la crise économique et du renouveau démocratique).» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur la participation de 55 habitants et habitantes du village de Cotonou, au Bénin.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Nos résultats révèlent l’existence au sein de chaque cohorte d’une diversité de parcours d’entrée en vie adulte. En comparaison avec les individus nés entre 1945 et 1960, on constate que chez les individus nés entre 1975 et 1990, les premières transitions résidentielles et d’insertions professionnelles sont relativement précoces, alors que les premières transitions de vie féconde et de vie de couple sont relativement tardives. On assiste donc à une tendance vers l’allongement des parcours d’entrée en vie adulte. On note aussi qu’une relative majorité d’individus de la cohorte des aînés sont passés par une série de phases familiales, résidentielles et professionnelles ordonnées quasiment de la même manière. Cette tendance à la ritualisation s’atténue au niveau des individus de la cohorte des jeunes en laissant place à une pluralisation relative des parcours d’entrée en vie adulte. Les parcours d’entrée en vie adulte acquièrent de nouvelles caractéristiques, ils sont de plus en plus complexes, parfois même en marge des normes et valeurs sociales prépondérantes. Cependant, ces transformations ne revêtent pas un caractère de sinistrose sociale généralisée. Il semble plutôt que les modalités de régulation sociale se transforment et permettent l’émergence d’un individu entre ritualisation et pluralisation de parcours, entre nouvelles contraintes et affirmation de soi, entre responsabilisation et indépendance.» (p. iii-iv)