Altérité, égalité et différence des sexes

Altérité, égalité et différence des sexes

Altérité, égalité et différence des sexes

Altérité, égalité et différence des sexess

| Ajouter

Référence bibliographique [12279]

Cahiers de recherche sociologique, no 44, p. 131-147.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«C’est […] à ce niveau que je tente de placer cette réflexion dans le contexte de la modernité démocratique ouvert par la proclamation du principe selon lequel ‘tous les hommes naissent libres et égaux en droit’ afin de questionner l’association de l’altérité et de l’égalité (des sexes). L’hypothèse que je tente d’étayer est que, s’agissant des rapports de sexe, altérité et égalité vont de pair.» (p. 132)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Le débat sur la parité tel qu’il s’est déroulé en France et l’adoption au Québec, en 2002, de la loi 84 instaurant l’union civile et établissant de nouvelles règles de filiation constituent les matériaux sur lesquels prend appui cet article.» (p. 132)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Grâce à la loi 84, toute femme québécoise, dotée d’un utérus en état de fonctionnement, peut faire appel aux ‘forces génétiques’ d’un homme qui renonce à revendiquer le titre de père s’il éjacule dans une canule. L’établissement de la filiation à partir de cette forme de procréation a reçu le sceau de la loi grâce à l’argumentation des porte-parole féminines de la ‘communauté gaie et lesbienne’ qui a convaincu le ministre de la Justice et les députés de la justesse du parallèle à établir entre couples hétérosexuels et couples lesbiens en matière d’insémination avec donneur (IAD): dans un couple hétérosexuel, le conjoint de la femme inséminée est déclaré le père de l’enfant, donc dans un couple lesbien, la conjointe de la femme inséminée est la ‘co-mère’ […] Pourquoi se priver de la présomption de maternité quand la copie de la présomption de paternité est disponible? Et, dans un Québec ‘fou de ses enfants’, comment ne pas admettre leur ‘droit à avoir deux parents’ en leur imputant le devoir de rendre publique l’orientation sexuelle de leurs parents sur leur acte de naissance?» (p. 145-146)