Le profil et le cheminement scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire: un portrait statistique

Le profil et le cheminement scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire: un portrait statistique

Le profil et le cheminement scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire: un portrait statistique

Le profil et le cheminement scolaire des jeunes québécois issus de l’immigration au secondaire: un portrait statistiques

| Ajouter

Référence bibliographique [11815]

Cahiers québécois de démographie, vol. 42, no 1, p. 35-55.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’étude vise d’abord à effectuer un bilan du cheminement scolaire ainsi que de la participation et de la performance dans diverses matières des cohortes des élèves québécois de première et de deuxième générations dans les deux secteurs linguistiques, et qui ont commencé leur secondaire en 1998 ou en 1999. […] Le second objectif est de mieux comprendre les facteurs qui influence ces phénomènes à partir des informations sur les élèves et les écoles, disponibles dans les bases de données ministérielles.» (p. 33)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Le groupe-cible se compose de 24 099 élèves de première ou de deuxième générations, soit 15,2 % des effectifs totaux des cohortes étudiées au secteur français.» (p. 36-37) Les informations sont issues des bases de données du ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les auteurs notent que «dans l’ensemble, les élèves de première et de deuxième générations semblent progresser au sein du système scolaire de manière similaire à celle des élèves de troisième génération ou plus.» (p. 44) «Cependant, […] les divers sous-groupes ne vivent pas la même situation scolaire. Le profil des élèves originaires de l’Asie du Sud, des Antilles et de l’Afrique subsaharienne, et dans une moindre mesure, celui des élèves originaires d’Amérique centrale et du Sud, est nettement plus problématique que celui des autres.» (p. 45) Quant à la faiblesse de la popularité de la formation professionnelle, c’est une constante dans beaucoup d’études sur le profil des populations immigrantes au Canada. Elle est liée, en grande partie, aux attentes éducatives élevées des parents.» (p. 48) Ils notent également que «[l]es difficultés vécues par ces élèves semblent étroitement liées à leurs caractéristiques de départ, souvent moins favorables, et ce, tout particulièrement en ce qui concerne le statut socioéconomique des familles […].» (p. 51-52) «Il est […] essentiel d’intensifier la recherche qualitative dans ce domaine afin de pouvoir […] soutenir les familles et les communautés pour qu’elles développent ou intensifient leurs caractéristiques favorables à la réussite des élèves […].»(p. 52)