Le Goût en Héritage : Exploration des transformations alimentaires dans quelques familles montréalaises

Le Goût en Héritage : Exploration des transformations alimentaires dans quelques familles montréalaises

Le Goût en Héritage : Exploration des transformations alimentaires dans quelques familles montréalaises

Le Goût en Héritage : Exploration des transformations alimentaires dans quelques familles montréalaisess

| Ajouter

Référence bibliographique [11787]

Jourdan, Christine et Poirier, Sylvain. 2012. «Le Goût en Héritage : Exploration des transformations alimentaires dans quelques familles montréalaises ». Anthropologica, vol. 54, no 2, p. 281-292.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’article présente les résultats de la première phase d’u projet de recherche sur les changements dans les idéologies et pratiques alimentaires de trois générations appartenant à [des] familles de la classe moyenne de Montréal. Son objectif est d’analyser les phénomènes de continuités, discontinuités et transformations qui ont lieu dans les cultures alimentaires familiales au cours du passage des générations.» (p. 281)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon compte 17 personnes «appartenant à 3 générations de 5 familles différentes, et vivant dans la ville de Montréal depuis 3 générations.» (p. 290)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’étude de l’histoire alimentaire des familles de notre corpus a permis, d’une part, de dégager les points d’ancrages de la tradition alimentaire familiale en montrant les discontinuités et continuités, et, d’autres part, d’identifier les jeux identitaires et les transformations socioculturelles qui se développement au cours du temps. […] Nous notons ainsi que les jeunes de notre corpus continuent d’acquérir des comportements et habilités alimentaires par observation et sur le tas, comme par le passé. […] Mais leurs sources d’apprentissage ne plus seulement familiales ou scolaires: elles sont plus diverses et nombreuses que celles de leurs parents et grands-parents et mènent à des choix alimentaires guidées par des idéologies souvent […] écologiques, politiques ou socioéconomiques. […] Les changements sociaux sont tels qu’ils impriment fortement la vie alimentaire des familles. S’ils ont toujours été présents dans la cuisine québécoise […], ils se sont accélérés au point que la cuisine familiale est constamment renouvelée: ainsi se mettent en place des traditions qui sont en constante redéfinition. La culture alimentaire familiale est donc la somme des transmissions et des transformations qui se font au sein des familles de génération en génération. […] Mais le changement le plus marquant de notre histoire est lié à l’importance accordée par les générations les plus jeunes à la diversité alimentaire, toujours plus disponible dans le paysage gustatif de la ville.» (p. 289-290)