De la théorie de l’attachement à la conceptualisation transgénérationnelle chez les jeunes parents ''de la rue''

De la théorie de l’attachement à la conceptualisation transgénérationnelle chez les jeunes parents ''de la rue''

De la théorie de l’attachement à la conceptualisation transgénérationnelle chez les jeunes parents ''de la rue''

De la théorie de l’attachement à la conceptualisation transgénérationnelle chez les jeunes parents ''de la rue''s

| Ajouter

Référence bibliographique [1160]

Otis, Nathalie, Gagnon, Évelyne et Gilbert, Sophie. 2009. «De la théorie de l’attachement à la conceptualisation transgénérationnelle chez les jeunes parents ''de la rue'' ». Psychologie Québec, vol. 26, no 3, p. 27-29.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les auteures ont pour objectif de «[...] comprendre la signification de la parentalité pour [l]es jeunes [de la rue] et d’envisager une intervention adéquate pour eux tout en maximisant du même souffle le développement affectif et global de leur enfant.» (p. 27)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Les auteures proposent une réflexion sur les enjeux psychiques sous-jacents à l’expérience de la parentalité chez les jeunes de la rue dans une perspective psychodynamique. La réflexion proposée par les auteures est alimentée par une étude qualitative menée auprès de jeunes de la rue qui sont parents. L’analyse proposée s’intéresse à l’attachement et à la transmission intergénérationnelle et transgénérationnelle. «[L]es récits recueillis dans le cadre de nos recherches auprès des jeunes de la rue ont mis en lumière l’emprise actuelle chez ces jeunes de leur histoire relationnelle (Poirier et al., 1999), en particulier du lien d’attachement parent-enfant (Gilbert, 2004).» (p. 27) «[P]lusieurs caractéristiques de l’enfance des jeunes de la rue semblent récurrentes lorsque ceux-ci deviennent parents à leur tour, et ce, malgré l’omniprésence du désir de se différencier, de même que l’implication des services sociaux et d’autres milieux d’intervention [...].» (p. 28)