Explication de l’écart existant entre les garçons et les filles quant à l’obtention du diplôme d’études secondaires

Explication de l’écart existant entre les garçons et les filles quant à l’obtention du diplôme d’études secondaires

Explication de l’écart existant entre les garçons et les filles quant à l’obtention du diplôme d’études secondaires

Explication de l’écart existant entre les garçons et les filles quant à l’obtention du diplôme d’études secondairess

| Ajouter

Référence bibliographique [11568]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le but de cette recherche est «[d’]expliquer l’écart existant entre les garçons et les filles pour l’obtention du DES.» (p. 18)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le présent travail de recherche «exploite les caractéristiques de panel de l’enquête longitudinale de l’Enquête auprès des jeunes en transition (EJET).» (p. vii) «Plus précisément, notre base de données consiste en 7 098 filles et 6 620 hommes pour le reste du Canada et de 1 219 filles et 1 259 garçons pour le Québec.» (p. 23)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Le chômage des jeunes adultes moins scolarisés est une importante source de préoccupation politique pour la plupart des gouvernements. De nos jours, de nombreux signes de progrès sont observés dans la réussite scolaire. Alors que ce sont effectivement des signes d’amélioration, il paraît de plus en plus évident que ce ne sont pas tous les groupes de la société qui profitent également de cet effet de gain. Un groupe qui se distingue en particulier est les garçons.» (p. 1). L’auteure constate entre autres que «les barrières à l’obtention d’un diplôme d’études secondaires liées à la pauvreté et de faibles attentes parentales désavantagent les jeunes garçons de la province du Québec. [Les] résultats démontrent que les attentes parentales au sujet du niveau scolaire sont des facteurs prédictifs d’obtention d’un diplôme d’études secondaires. On propose des approches d’ordre public et politique pour une réduction de l’écart existant entre les hommes et les femmes. Des mesures plus appropriées et spécifiques devraient être employées au Québec afin de diminuer ces taux et observer une augmentation des taux d’obtention d’un diplôme d’études secondaires d’ici l’âge de 18 ans chez les hommes qui semblent le plus atteints.» (p. vii)