Contexte de genre, autonomie des femmes et utilisation des services de santé maternelle en milieu rural africain : analyse par modèles d’équations structurelles

Contexte de genre, autonomie des femmes et utilisation des services de santé maternelle en milieu rural africain : analyse par modèles d’équations structurelles

Contexte de genre, autonomie des femmes et utilisation des services de santé maternelle en milieu rural africain : analyse par modèles d’équations structurelles

Contexte de genre, autonomie des femmes et utilisation des services de santé maternelle en milieu rural africain : analyse par modèles d’équations structurelless

| Ajouter

Référence bibliographique [11564]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Notre thèse [par articles] cherche à comprendre la manière dont les inégalités de genre au sein du ménage et dans la communauté renforcent les inégalités quant à l’utilisation des services de santé maternelle, ainsi qu’aux relations empiriques qui lient les différents recours aux soins. Concrètement, [le deuxième article vise à] analyser simultanément l’influence de ces normes et de l’autonomie des femmes sur le recours aux soins prénatals et à l’accouchement assisté et [le troisième article vise à] cerner l’influence des soins prénatals sur le recours à l’accouchement assisté.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
Article 2 : «De quelle manière le contexte de genre cernée au niveau individuel par l’autonomie de la femme et au niveau contextuel par les normes de genre liées à la violence contre les femmes influencent-t-elles le recours aux soins de santé maternelle chez les femmes en milieu rural africain? Une femme de faible autonomie ou qui vit dans un environnement ou les normes de genre sont plus favorables à la violence contre les femmes a moins de chances de recourir à quatre consultations prénatales, de débuter les soins prénatals dans le premier trimestre et de recourir à l’accouchement assiste auprès d‘un personnel qualifié en milieu rural africain (H2).» (p. 78)
Article 3 : «Par quel mécanisme le fait de recourir aux soins prénatals influence-t-il le recours ultérieur à l’accouchement auprès d’un personnel qualifié? Une femme qui a recouru aux soins prénatals durant sa grossesse a plus de chances de recourir à l’accouchement assisté auprès d’un personnel qualifie qu’une femme qui n’y a pas eu recours (H4). La qualité des services reçus durant l’accouchement assisté explique en partie l’influence de la fréquence des soins prénatals sur le recours à l’accouchement assisté (H5).» (p. 79)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de «données issues des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) du Ghana, du Kenya, de l’Ouganda et de la Tanzanie et concernent les femmes vivant en milieu rural.» (p. iii)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Sous un angle démographique «[n]os résultats montrent que les femmes qui vivent dans un milieu où les normes de genre liées à la violence contre les femmes sont élevées ont, en moyenne, une plus grande chance de ne pas accoucher auprès d’un personnel qualifié au Ghana et en Ouganda, de ne pas débuter leurs soins prénatals dans le premier trimestre dans les mêmes pays, et de ne pas recourir à au moins quatre consultations prénatales en Tanzanie. […] Enfin, les résultats montrent que les normes de genre favorables à la violence contre les femmes sont plus déterminantes pour comprendre le recours aux soins de santé maternelle dans les pays étudiés que l’autonomie de prise de décision de la femme. Cet article met en exergue l’existence de biais d’endogénéité au Kenya et en Tanzanie, ou sans sa prise en compte, l’effet des soins prénatals sur le recours à l’accouchement auprès d’un personnel qualifie serait fortement biaisé. De plus, il ressort qu’à l’exception du Ghana et dans une moindre mesure de la Tanzanie, cet effet est totalement médiatisé par le contenu des soins prénatals que les femmes reçoivent.» (p. iv)