Travail par quarts, conflits travail-famille et santé mentale : vérification d’une explication sociale

Travail par quarts, conflits travail-famille et santé mentale : vérification d’une explication sociale

Travail par quarts, conflits travail-famille et santé mentale : vérification d’une explication sociale

Travail par quarts, conflits travail-famille et santé mentale : vérification d’une explication sociales

| Ajouter

Référence bibliographique [1154]

Owanlélé, Gwenaëlle. 2009. «Travail par quarts, conflits travail-famille et santé mentale : vérification d’une explication sociale». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département des relations industrielles.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objet de ce mémoire est d’examiner la pertinence de l’explication sociale attribuée à la relation entre le travail par quarts et la santé mentale. » (p. i)

Questions/Hypothèses :
L’auteure se pose la question suivante : « Le conflit travail-famille intervient-il dans la relation entre travail par quarts et santé mentale ? » (p. 42)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Notre échantillon était constitué de 1306 répondants [issus de huit fédérations syndicales], majoritairement composé de femmes (76%) dont la moyenne d’âge était de 40 ans. Un bon nombre de ces répondants vivaient avec un conjoint (85%) et plus de la moitié d’entre eux avaient deux enfants (52%). » (p.58)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« La variable médiatrice, le conflit travail-famille, représente l’explication sociale de la relation entre le travail par quarts et la santé mentale que nous souhaitons étudier. Sept hypothèses de recherche ont été émises afin de répondre à notre question de recherche. » (p. i) « La première et la deuxième hypothèse postulaient que le travail par quarts intensifiait le conflit travail-famille et le conflit famille-travail. La troisième hypothèse prédisait l’impact négatif du travail par quarts sur la santé mentale. Ensuite, la quatrième et la cinquième hypothèse stipulaient que le conflit travail-famille et le conflit famille-travail avaient un impact négatif sur la santé mentale. Enfin, la sixième et la septième hypothèse prédisaient le rôle médiateur du conflit travail-famille et famille-travail dans la relation entre le travail par quarts et la santé mentale. » (p. 116) « Les analyses de régression ont confirmé le rôle médiateur du conflit travail-famille dans la relation entre le travail par quarts et la santé mentale. Toutefois, le rôle médiateur du conflit famille-travail dans la relation entre le travail par quarts et la santé mentale est infirmé. » (p. i)