Passeport allaitement : un outil de promotion de l’allaitement maternel

Passeport allaitement : un outil de promotion de l’allaitement maternel

Passeport allaitement : un outil de promotion de l’allaitement maternel

Passeport allaitement : un outil de promotion de l’allaitement maternels

| Ajouter

Référence bibliographique [11467]

Ouellet, Isabelle, Lacombe, Marie et Bell, Linda. 2011. «Passeport allaitement : un outil de promotion de l’allaitement maternel ». Perspective infirmière, vol. 8, no 3, p. 42-45.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«C’est dans cette perspective que le Passeport allaitement, une approche combinant information écrite et counseling par des professionnels de la santé, a été conçu et est utilisé pour toutes les femmes enceintes de la région du Bas-Saint-Laurent depuis 2004 (Chénard et Lévesque, 2001). La présente enquête évalue l’influence du Passeport allaitement sur la décision d’opter pour l’allaitement. Plus précisément, elle veut comprendre son impact sur les connaissances des futures mères et évaluer la perception des intervenants sur son utilité.» (p. 42)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données proviennent d’une vingtaine d’intervenants de la santé et de 259 femmes enceintes. Elles ont plus de 18 ans, peuvent rédiger en français et ont accepté de remplir deux questionnaires, le premier lors de la première visite médicale, entre leur 12e et 14e semaine de grossesse, le deuxième lors d’une visite de suivi, entre la 34e et la 36e semaine. Les futures mères proviennent de six différents milieux, soit de cabinets privés, de cliniques ou de CLSC.» (p. 42)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Cette étude montre que le Passeport allaitement est une approche prénatale de promotion de l’allaitement maternel qui se révèle efficace pour augmenter les connaissances. Les fiches sont lues par la grande majorité des femmes. La valeur éducative du programme se mesure par le fait que, chez les participantes, la proportion de femmes disant ignorer ce que recommandent les professionnels a diminué de près de 60 %. Toutefois, les résultats indiquent que les fiches sensibilisent davantage les femmes plus favorisées socio-économiquement. Ils confirment ainsi la perception de plusieurs professionnels quant à la faible valeur éducative de ces documents d’enseignement auprès d’une clientèle moins scolarisée ou défavorisée financièrement. D’autres études avancent d’ailleurs que les discussions avec les professionnels de la santé représentent l’influence la plus importante sur l’initiation et la durée de l’allaitement par cette clientèle (Huang et al., 2007 ; Chezem et al., 2003 ; Li et al., 2004). Toutefois, les documents écrits jumelés à des discussions ont un impact positif». (p. 43-44)