Poursuite de la vie active selon le genre au Québec : l’effet de la qualité de l’emploi et de la situation personnelle

Poursuite de la vie active selon le genre au Québec : l’effet de la qualité de l’emploi et de la situation personnelle

Poursuite de la vie active selon le genre au Québec : l’effet de la qualité de l’emploi et de la situation personnelle

Poursuite de la vie active selon le genre au Québec : l’effet de la qualité de l’emploi et de la situation personnelles

| Ajouter

Référence bibliographique [11317]

Sociologie et Sociétés, vol. 45, no 1, p. 19-42.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce texte est une réflexion sur la situation comparative des travailleuses et des travailleurs plus âgés du Québec. Plus particulièrement, la question est de voir si, malgré un accroissement marqué de la participation des femmes âgées de 50 ans et plus sur le marché du travail depuis les 15 dernières années (Cloutier, 2012), ces dernières demeurent aujourd’hui encore désavantagées en regard des conditions d’accès à la retraite ou à la poursuite de la vie active.» (p. 20)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données présentées dans cet article proviennent de deux enquêtes réalisées par Statistique Canada. La première concerne l’Enquête sur la population active (EPA). […] La deuxième enquête utilisée dans notre article est l’Enquête sur les travailleurs âgés (ETA).» (p. 23)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Le discours actuel au sujet des nombreux départs à la retraite prévisibles traite essentiellement du prolongement de la vie active. Or, rien n’indique que cette solution se produira identiquement chez les travailleuses et les travailleurs québécois. Dans cet article, nous montrons que les trajectoires professionnelles des femmes et des hommes âgés de 50 ans et plus sont très différentes. Ainsi, les travailleuses ont l’intention de quitter beaucoup plus tôt le marché du travail que leurs confrères et de moins y revenir par la suite même si leurs conditions financières demeurent moins bonnes. La qualité de leur emploi (conditions psychologiques et physiques de travail) de même que leur situation personnelle (état de santé) expliquent en grande partie ces différences de genre. Chez les hommes, le revenu semble être le facteur le plus déterminant dans leurs intentions à l’égard de la retraite et la poursuite de la vie active.» (p. 39) La question des responsabilités familiales (envers les enfants et les parents vieillissants) est évoquée par l’auteur à quelques reprises pour comprendre pourquoi les femmes ont tendance à subir des inégalités professionnelles.