La Politique d’intervention en matière de violence conjugale, dix-huit ans plus tard : Évaluation de l’impact sur le système judiciaire québécois

La Politique d’intervention en matière de violence conjugale, dix-huit ans plus tard : Évaluation de l’impact sur le système judiciaire québécois

La Politique d’intervention en matière de violence conjugale, dix-huit ans plus tard : Évaluation de l’impact sur le système judiciaire québécois

La Politique d’intervention en matière de violence conjugale, dix-huit ans plus tard : Évaluation de l’impact sur le système judiciaire québécoiss

| Ajouter

Référence bibliographique [11290]

Boivin, Rémi et Ouellet, Frédéric. 2013. «La Politique d’intervention en matière de violence conjugale, dix-huit ans plus tard : Évaluation de l’impact sur le système judiciaire québécois ». Service Social, vol. 59, no 2, //, p. 51-64.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’adoption récente d’un nouveau plan d’action incite à revisiter les principes de base de l’intervention en matière de violence conjugale au Québec, mais aussi à comprendre les retombées des choix qui ont été faits par le passé. L’objectif principal du présent article est d’explorer les conséquences de la Politique sur le système judiciaire québécois. En particulier, il vise à comprendre les effets du changement de pratiques policières sur le portrait du phénomène qui peut être dressé à partir des statistiques criminelles.» (p. 52)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Trois sources de données ont été exploitées. La première est le Centre canadien de statistique juridique (CCSJ), une division de Statistique Canada dédiée à la collecte d’informations sur le crime et la justice. […] La deuxième source de données est le Module d’information policière (MIP), un système dédié à la compilation des infractions enregistrées par la majorité des services de police québécois. […] Finalement, un échantillon de 832 rapports d’événements a été lu et codifié, à partir de l’ensemble des voies de fait entre conjoints enregistrés en 2008 (20 % de toutes les voies de fait).» (p. 54-55)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats présentés précédemment suggèrent fortement que la Politique a augmenté le nombre de cas de violence conjugale enregistrés par la police au Québec. Par le fait même, la Politique a augmenté le nombre de cas à traiter dans l’ensemble du système judiciaire.» (p. 60) «Les résultats indiquent aussi que la proximité relationnelle entre les conjoints est plus grande dans les cas où la victime n’a pas souhaité porter plainte. D’abord, l’incident impliquait des personnes en couple au moment des événements dans 78,1 %. Dans les cas où les individus n’étaient plus en couple, la séparation était beaucoup plus récente – moins d’un mois dans 64,8 % des cas. On peut facilement imaginer qu’une victime ne soit pas nécessairement prête à porter plainte contre son conjoint actuel ou contre quelqu’un avec qui elle était en couple récemment.» (p. 60)