L’intervention cognitivo-comportementale auprès d’enfants présentant un trouble d’anxiété de séparation

L’intervention cognitivo-comportementale auprès d’enfants présentant un trouble d’anxiété de séparation

L’intervention cognitivo-comportementale auprès d’enfants présentant un trouble d’anxiété de séparation

L’intervention cognitivo-comportementale auprès d’enfants présentant un trouble d’anxiété de séparations

| Ajouter

Référence bibliographique [11260]

Intervention cognitivo-comportementale auprès des enfants et des adolescents. Tome 1, Troubles intériorisés , sous la dir. de Lyse Turgeon et Parent, Sophie, p. 61-86. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce chapitre présente les caractéristiques du trouble d’anxiété de séparation, son évaluation, les principales techniques d’intervention cognitivo-comportementale et l’efficacité de ces thérapies dans le traitement du TAG.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«L’enfant qui souffre d’anxiété de séparation a une peur excessive d’être séparé de ses parents (ou d’une autre figure d’attachement) ou encore de quitter la maison.» (p. 62) «Plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement de l’anxiété de séparation. […] La recherche a montré notamment le rôle de facteurs génétiques, neurobiologiques, cognitifs et familiaux. Parmi les facteurs de risque les plus souvent liés au développement de l’anxiété de séparation, on trouve les facteurs familiaux, par exemple des pratiques parentales de surprotection ou encore la psychopathologie anxieuse ou dépressive des parents.» (p. 63) «La participation des parents est essentielle dans les exercices d’exposition à la maison. Ils doivent être conscients de l’importance de leur rôle. […] Il est impératif que le parent respecte ce qui est prévu comme exercice d’exposition, par exemple qu’il revienne exactement à l’heure prévue. Ne pas suivre la hiérarchie d’exposition planifiée risque d’augmenter l’anxiété de séparation de l’enfant et ses réactions anxieuses.» (p. 74)